Change Language

Navigation

I was born

To love

Montreux Celebration

Statues & Monuments à Montreux

Sous-navigation :

Adolphe Sax

Le 5 juillet 2014, le Montreux Jazz Festival a célébré le bicentenaire de la naissance de Adolphe Sax.

A cette occasion le Royaume de Belgique et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont offert à Montreux, ville du jazz, un saxophone de trois mètres de haut.

L'instrument, décoré par l'artiste liégeois Fabrizio Borrini, est désormais installé en permanence sur les quais montreusiens. Adolphe Sax aura marqué à tout jamais le jazz en créant un nouvel instrument qui a fait la renommée des plus grands jazzmen venus à Montreux.

Pour cet événement près de 200 saxophonistes de toute la Suisse ont défilé en musique dans les rues de Montreux avant que le syndic de la Commune, Laurent Wehrli, n'accueille la consul de Belgique Danielle Haven.

Un concert dirigé par le chef belge Alain Crépin a suivi au centre des congrès de Montreux.

Biographie d'Adolphe Sax

Inventeur d’instruments, Adolphe Sax incarne parfaitement l’esprit d’entreprise du 19e siècle. Il est l’une des figures les plus marquantes de la facture des instruments à vent de ce siècle et est surtout connu pour avoir inventé le saxophone.

Tout commence le 6 novembre 1814, Antoine Joseph Sax, dit Adolphe Sax, voit le jour à Dinant, petite ville blottie contre une falaise sur la rive droite de la Meuse. C’est le premier des 11 enfants de Charles Joseph Sax, facteur d’instruments, réputé pour la fabrication des cuivres mais aussi de bois, de violons et de guitares.

C’est donc dans un milieu musical que le jeune Adolphe grandit et fait ses premières expériences. Il fait ses études au Conservatoire de Bruxelles (Belgique) et s’initie à la facture instrumentale dans l’atelier paternel. Héritier de l’esprit inventif de son père, il épouse ses théories fondées sur le rapport des proportions du tube des instruments à vent. En 1830, alors qu’il n’est âgé que de 15 ans, il présente deux flûtes et une clarinette en ivoire au Concours Industriel de Bruxelles.

Un début de carrière tourmenté

Un incident éclata à la Grande Harmonie de Bruxelles. Un clarinettiste jaloux, habitué à l’ancien modèle de la clarinette-basse, menaça de quitter l’orchestre si celui-ci imposait la clarinette de Sax. Adolphe défia alors son antagoniste à un duel musical au cours duquel chacun interpréterait l’œuvre avec son instrument. Le résultat fut sans appel : un triomphe pour la clarinette de Sax. Deux sommités musicales françaises, François Antoine Habeneck, violoniste, compositeur et chef d’orchestre et Jacques-Fromental Halévy, compositeur réputé étaient présentes dans la salle ce jour-là ; elles furent impressionnées par la performance d’Adolphe :

Un jour Adolphe Sax reçut une lettre de Jacques-Fromental Halévy : "Hâtez-vous de terminer votre nouvelle famille d’instruments et venez en aide aux pauvres compositeurs qui cherchent du nouveau et au public qui en demande". Le ton amical de la lettre convainquit Sax de l’estime du monde musical français et le conforta dans l’idée de tenter l’aventure parisienne.

Entre 1838 et 1840, Adolphe Sax commence ses premières recherches pour la création d’un nouvel instrument qui le rendra célèbre ; il lui donne son nom : le saxophon.

Le principe du saxophone réside dans l’affectation d’une anche simple à un tube de perce conique. L’instrument est en cuivre et se compose de 5 parties soit le bec sur lequel se fixe l’anche, le bocal, le corps, la culasse et le pavillon.

Quelques mois plus tard, Sax débarqua à Paris et présente le saxophone à Hector Berlioz qui s’intéresse énormément à la nature des timbres. Impressionné par la sonorité de ce nouvel instrument, le compositeur écrira un article dans le très intellectuel "Journal des Débats" du 12 juin 1842. Il y souligne, entre autres : "Elle (la sonorité) est de telle nature que je ne connais pas un instrument actuellement en usage qui puisse, sous ce rapport, lui être comparé. C’est plein, moelleux, vibrant, d’une force énorme, et susceptible d’être adouci". Berlioz confirmera son admiration pour l’instrument en composant la toute première œuvre avec saxophone : "Chant Sacré" pour sextuor à vent.

Dès leur première rencontre, une amitié sincère naît entre Berlioz et Sax. De caractère et de tempérament identiques, ils partagent également les mêmes défauts : tous deux sont querelleurs, vaniteux et soupçonneux quant aux intentions des autres.

Grâce à l’appui de Berlioz et à celui de François-Antoine Habeneck, Sax est propulsé dans le monde musical parisien. Encouragé, il va mettre au point une famille complète de 7 saxophones et, en 1846, faire breveter son invention. Il déclare à cette occasion : "On sait que, en général, les instruments à vent sont ou trop durs ou trop mous dans leur sonorité. […] J’ai voulu créer un instrument qui par le caractère de sa voix pût se rapprocher des instruments à cordes, mais qui possédait plus de force et d’intensité que ces derniers".

Mais la vie parisienne s’avéra également parsemée d’embûches. Victime de son talent et de la jalousie de concurrents et d’artistes médiocres, Sax sera entraîné dans une interminable chaîne de procès qui finirent par le ruiner. Tout au long de ce parcours du combattant, Berlioz sera à ses côtés pour l’encourager et le soutenir à l’aide de ses articles.

D’autres personnalités apprécieront ouvertement l’œuvre de Sax dont le roi Louis-Philippe, L’empereur Napoléon II qui le sauva un jour de la faillite, le général de Rumigny, ambassadeur de France en Belgique ou le grand compositeur italien Gioachino Rossini .

La fin d’une vie consacrée à la musique

Ruiné, Sax vécut la fin de sa vie dans la pauvreté et fut hébergé dans une modeste pension mise à sa disposition par le gouvernement français. Il meurt à l’âge de 80 ans et est inhumé au cimetière de Montmartre.

Ses fils continueront d’exploiter pendant quelques temps l’usine paternelle mais seront contraints de la vendre en 1928.

Localisez-moi sur la carte

Mis à jour le :
Toute utilisation partielle ou complète des textes ou images présents sur ce site sont strictement interdites sans l’accord écrit de Montreux Celebration. N'hésitez pas à nous contacter si un article n'est pas correct ou si vous avez d'autres informations sur ce sujet.