Change Language

Navigation

Goin’

Back

Montreux Celebration

Montreux Jazz Festival

Programmes Antérieurs :

1967

Montreux Jazz Festival

Inauguration du 1er Festival de Jazz de Montreux et du concours des groupes de jazz européens, Bourse aux disques, exposition de photos, un workshop sur le thème de la batterie avec Jack DeJohnette, Robert Zildjian, George Chorafas et Klaus Weiss Durée: trois jours 16,17 et 18 juin. Organisé par l’Office du Tourisme. Artistes invités: Charles Lloyd Quartet avec Keith Jarrett, Cecil McBee et Jack DeJohnette. Douze groupes participent au concours et Dusko Goykovic (trompette) remporte l'un des prix. Une longue histoire commence...

Montreux Jazz Festival 1967

1968

Montreux Jazz Festival

Le Festival se déroule du 12 au 16 juin: le trio de Bill Evans "la révolution du piano de Jazz" avec Eddie Gomez à la basse et Jack DeJohnette à la batterie est tête d'affiche et Nina Simone fait un début sensationnel. Brian Auger avec Julie Driscoll font partie de l’affiche. Parmi les groupes qui participent au concours on trouvera un groupe anglais avec John Surman, saxo, alto, un groupe norvégien avec Jan Garbarek qui font partie des gagnants du concours des solistes. Du côté de la Belgique c’est Philip Catherine brillant guitariste et son groupe Three Logy qui enflamme la salle. Palle Mikkelborg, trompette, Bo Stief, basse et leur groupe représentent le Danemark et le trio de Geo Voumard la Suisse. La drum-clinic animée cette année par Kenny Clarke et l’exposition de photos, pochettes de disques, de peintures s’enrichissent de Jam-sessions au Museum Club à la piscine du Casino et au Lido.

Montreux Jazz Festival 1968

1969

Montreux Jazz Festival

Le Festival dure cinq jours (du 18 au 22 juin) et comporte du rock avec Ten Years After, du pop avec Colosseum et du jazz. Ella Fitzgerald et Kenny Burrell font partie des artistes invités. Egalement Phil Woods, Kenny Clarke, le Quartet d’ Eddie Harris, Le Trio Les McCann ou Clark Terry qui conduit un big band formé des meilleurs musiciens. Expositions de photos, disques, Jam Sessions une nouveauté : séance de films de Jazz au Casino

Montreux Jazz Festival 1969

1970

Montreux Jazz Festival

Santana et son groupe joue pour la première fois à Montreux. Le Japon est représenté par Sadao Watanabe, qui donne un concert remarquable. Le rock est représenté par Stone the Crows et Chicken Shack. Les Etats-Unis délèguent Gerry Mulligan et, une fois de plus, Bill Evans. Egalement Dexter Gordon, Junior Mance, Leon Thomas, Yusef Lateef, Tom Scott, Son House, Champion Jack Dupree, Herbie Mann. A noter le groupe Nucleus avec Ian Carr, tompette, Chris Spedding, guitar et John Marshall, batterie. L’exposition de photo comporte cette année la collection de photo de Les McCann.

Montreux Jazz Festival 1970

1971

Montreux Jazz Festival

Le Festival a lieu du 12 au 20 juin et comprend plus de 300 musiciens, y compris Gato Barbieri, Gary Burton, King Curtis (qui sera assassiné deux mois plus tard), Roberta Flack et Aretha Franklin. N’oublions pas Roy Ayers Ubiquity, Paul Bley, Hampton Hawes, Ahmad Jamal, Mongo Santamaria, Le génial vibraphoniste Gary Burton, le batteur Max Roach qui a travaillé avec Charlie Parker en 1942, Chico Hamilton, Slide Hampton, Larry Coryell, le blues est présent avec Eddie "Cleanhead" Vinson et le Rock avec Mainhorse – Patrick Moraz et Jean Ristori - et un groupe devenu mythique : Family avec Roger Chapman, Whitney, Townsend, Weider et Poli Palmer et la musique Folk avec Melanie. Le 4 décembre le Casino prend feu pendant le concert de Frank Zappa. Deep Purple enregistre "Machine Head" dans les locaux du Grand Hôtel de Territet et composent "Smoke on the Water".

Montreux Jazz Festival 1971

1972

Montreux Jazz Festival

Le Festival passe à 13 jours (du 16 au 29 juin) et a lieu au Pavillon du Montreux Palace. La palette musicale s'étend et comprend du blues, du gospel et de la soul, avec Chuck Berry, Bo Diddley, Doctor Ross, Jimmy Dawkins, Whispering Smith, T-Bone Walker, Koko Taylor, Muddy Waters, Ray Bryant, Stan Getz, Jean-Luc Ponty, et Les McCann. Apparition de Rashaan Roland Kirk brillant multi instrumentiste à vent. Oscar Peterson en solo, Jean-Luc Ponty Expérience entre Jazz et musique Pop, ainsi que Magma (Christian Vander) et Klaus Doldinger’s Passport. Dans le cadre du Festival, et pour la première fois, une foire de la musique sur une surface de 1000 m2, est mise sur pied avec les plus grandes maisons de l’industrie musicales qui exposent et vendent des instruments de musique, appareils haute fidélité, disques etc.

Montreux Jazz Festival 1972

1973

Montreux Jazz Festival

Pour la première fois, les festivals de Montreux et de Newport ont lieu aux mêmes dates (du 29 juin au 15 juillet). Les concerts se déroulent au Centre des Congrès jusqu'à l'ouverture du nouveau Casino en 1975. Parmi les bluesmen Freddie King, excellent chanteur mais avant tout un fantastique guitariste. Albert King, Sonny Terry et Brownie McGhee, Memphis Slim. Dr. John étonnant pianiste et guitariste. Une des meilleurs rythmique des USA "The Meters", Little Milton, John Lee Hooker, Clarence "Gatemouth" Brown, ou l’imposant chanteur Robert Hite de Canned Heat le 1er juillet ! Carole King, le génie Miles Davis, Teddy Wilson, Stéphane Grappelli, Canonball et Nat Adderley, Stomu Yamashta, Chico Hamilton, Larry Coryell, McCoy Tyner, Kenny Clarke, Dexter Gordon, Gene Ammons Donald Byrd, Horace Silver avec Michael et Randy Brecker.

Montreux Jazz Festival 1973

1974

Montreux Jazz Festival

Du 28 juin au 7 juillet. Les genres musicaux se diversifient: blues, gospel, soul, rock, pop et, bien entendu, jazz. L'Afrique est représentée par Randy Weston, le Brésil par Airto Moreira, Milton Nascimento Flora Purim et Ron Carter. Les autres têtes d'affiche ont pour noms Gil Evans, Earl Hines, Helen Humes, Jay McShann, Junior Wells & Buddy Guy, Champion Jack Dupree, Howlin’ Wolf, Sonny Rollins, Bill Wyman, Van Morrison, Larry Coryell, le Art Ensemble of Chicago, Soft Machine, Billy Cobham avec les frères Brecker et John Abercrombie, Cecil Taylor … ou le Mahavishnu Orchestra avec John McLaughlin et Jean-Luc Ponty qui sont également une des révélations de cette édition. Décès subit de Gene Ammons qui a joué l’an dernier au Festival.

Montreux Jazz Festival 1974

1975

Montreux Jazz Festival

15 jours de musique dans le nouveau Casino. Du 3 au 20 juillet avec Dizzy Gillespie, Ella Fitzgerald, Oscar Peterson, Count Basie, Charlie Mingus, Archie Shepp, Rashaan Roland Kirk, Bill Evans Clarke Terry, Joe Pass, Milt Jackson. Le Blues avec Albert King et Lowell Fulson, Albert Collins, Clifton Chenier l’accordéoniste, Louisiana Red, Juke Boy Bonner ou Etta James. Côté musique Pop c’est Rory Gallagher qui enflamme la salle, connu des montreusiens puisque ce guitariste créa le groupe Taste et joua 2 fameux concerts à Montreux.

Découverte d’un groupe de rock progressif italien : PFM dont l’influence de Emerson Lake and Palmer ou King Crimson est bien présente. Christian Vander, batteur et leader du groupe français Magma a fait appel à Didier Lockwood (violon) et présente une formation entièrement nouvelle. Magma est un groupe d'un genre nouveau qui fait office de pavé dans la mare. Il faut rappeler que dans les années 70 la France baignait dans un univers musical plutôt stagnant, un brin naïf et surtout politiquement correct. L'essentiel des paroles sont chantées dans une langue imaginaire aux consonances slaves et germaniques, le kobaïen, créée par Christian Vander. Changement de style avec Alain Stivel, artisant de la renaissance de la harpe celtique, Larry Coryell et Steve Kahn offrant un duo de guitares accoustiques et Billy Cobham, présent l’année dernière se retrouve sur la scène du Casino avec un nouveau groupe dont un John Scofield brillant à la guitare. Nous ne pouvons pas fermer ce chapitre sans mentionner le guitariste belge Philip Catherine qui a offert une musique incroyable, seul sur scène accompagné de sa guitare et d’une boîte à rythme électronique.

Montreux Jazz Festival 1975

1976

Montreux Jazz Festival

Milton Glaser crée le poster du 10e anniversaire. Plus de 100 disques du Festival ont été édités à ce jour. Le Mountain Studios, installé de façon permanente au Casino, offre des enregistrements en 24 pistes aux musiciens et attire de nombreux groupes, dont les Rolling Stones, qui y enregistrent leur album "Black and Blue". Le Festival s’allonge. Quel bonheur !! Il a lieu du 25 juin au 11 juillet et débute par de la musique Folk. Leonard Cohen ou Ralph McTell, The Dubliners ou Zachary Richard, Sarclon. Puis le blues et la Soul Musique avec Eric Burdon, Stuff, Al Jarreau en solo, The Meters, Luther Allison, Sammy Price, The Crusaders avec Larry Carlton ou Jimmy Witherspoon. Quant au Jazz il n’est pas en reste avec une affiche impressionnante : osmose parfaite entre George Duke/Billy Cobham/John Scofield/Alphonso Johnson, Shakti avec John McLaughlin, Zakir Hussain, Pasadena Roof Orchestra, Weather Report avec Zawinul/Wayne Shorter/Jaco Pastorius, Manola Badrena et Alyandro Acuna. Art Blakey’s Jazz Messengers, Klaus Doldinger’s Passport, Cecil Taylor, Sun Ra Arkestra distillant une musique avant garde, vraiment en avance sur le temps, avec 18 musiciens et 3 danseurs . Le double vinyl enregistré à cette occasion y témoigne. Stan Getz, Thad Jones, The Monty Alexander Trio, Sarah Vaughan ont également fait partie de cette édition du festival.

Montreux Jazz Festival 1976

1977

Montreux Jazz Festival

Le plus grand Festival d'Europe est de plus en plus long: il se déroule du 1er au 24 juillet. Le programme offre toutes sortes de musiques: jazz d'avant-garde, Brésil, Afrique du Sud et Inde, jazz, rock et disco. Les concerts de Don Ellis et son big band, Don Cherry, Etta James, Shakti, Don Pullen et la jam session conduite par Count Basie enthousiasment le public, sans parler des prestations de Muddy Waters, Stanley Clarke, Dizzy Gillespie, Dexter Gordon, Ella Fitzgerald et Oscar Peterson. Les artistes français ne sont pas oubliés avec Jacques Higelin, Véronique Sanson ou Ange ni le rock avec le retour de Rory Gallagher.

Montreux Jazz Festival 1977

1978

Montreux Jazz Festival

Une collaboration avec le Festival de Sao Paulo apporte une note sud-américaine à Montreux. Ceci du 7 au 23 juillet. Parmi les artistes, soulignons la présence de Gilberto Gil et Airto Moreira. Musique Jazz avec Ray Charles, Mary Lou Williams, Stan Getz, Miriam Makeba, Bill Evans et Kenny Burrell, John McLaughlin, Billy Cobham, Pharoah Sanders, Brecker Brothers avec Warren Bernhardt, Steve Kahn et Mike Manieri, Etta James, Taj Mahal, James Booker, Oscar Peterson et Count Basie Big Band et des musiciens du groupe de Stan Getz offrent un concert imprévu au public sur la terrasse du Casino. N’oublions pas de mentionner le rock avec Dixie Dregs et Sea Leavel (plusieurs anciens musiciens des Allman Brothers Band). Une soirée européene avec Jan Akkerman, Chris Hinze, Joachim Kuehn, Jukka Tolonen Band, Didier Lockwood.

Photos

Montreux Jazz Festival 1978

1979

Montreux Jazz Festival

Du 6 au 22 juillet. Pour la première fois, une soirée entière est consacrée au reggae. Soirée très rapidement complète avec Dennis Brown, Steel Pulse et Peter Tosh.

Le programme comprend aussi des musiques du Brésil avec Elis Regina et Hermeto Pascoal. Du Japon de la country et du rock. Chick Corea et Herbie Hancock jouent en duo. Sir Charles Thompson, B.B. King, Albert Collins et ses Icebreakers, Champion Jack Dupree, Taj Mahal, Little Milton, Lonnie Brooks et Clarence "Gatemouth" Brown sont aussi présents. Une soirée de gala avec Ella Fitzgerald et Count Basie est organisée le 12 juillet. Le retour de l’exceptionnel Weather Report avec Peter Erskine, Jaco Pastorius, Wayne Shorter et Joe Zawinul. Top Jazz Fusion avec Lee Ritenour, Philip Catherine avec Jerry Brown et John Lee, Grover Wahington, Al Jarreau, concert unique en Europe avec Larry Carlton comme invité, du Jazz-Rock avec Spyro Gyra, Jasper Van’t Hof, Bob Malik, Alphonse Mouzon et Miroslav Vitous.

Deux musiciens du groupe légendaire YES : Rick Wakeman et Steve Howe chacun avec son groupe. Sans oublier Bessie Griffin prend part au service œcuménique organisé au Temple de Clarens.

Photos

Montreux Jazz Festival 1979

1980

Montreux Jazz Festival

Du 4 au 20 juillet. Montreux s'associe au Festival de Detroit et le programme comprend Elvis Costello, Jimmy Cliff, Marvin Gaye, Santana, Didier Lockwood, Stanley Clarke Band, Brecker Brothers, Van Morrison, Passport, BB King, Gato Barbieri, Mongo Santamaria, Fats Domino, Champion Jack Dupree Toots Thielemans, Dizzy Gillespie, et Max Roach. Un "drum summit" réunit Art Blakey, Amano-Kai, Gerry Brown, Billy Higgins et Chico Hamilton et une soirée Ska avec The Specials.

Photos

Montreux Jazz Festival 1980

1981

Montreux Jazz Festival

Le 15e Festival - 17 jours – du 3 au 19 juillet. Il propose du blues (Albert Collins, Taj Mahal, Magic Slim), du pop-rock (The Blues Band, Mike Oldfield), du reggae, de la soul (James Brown, UB40, Toots and the Maytals), du gospel (The Staple Singers) et du jazz (Wynton Marsalis, Dizzy Gillespie, Ella Fitzgerald, McCoy Tyner, Chico Freeman, Monty Alexander et The Heath Brothers Band). Sans oublier Chuck Berry, Lightnin’Hopkins, Magic Slim, Stray Cats, James Blood Ulmer, Kilimanjaro, Bireli Lagrene, David Sanborn, Yellow Jackets, Al Jarreau, Chick Corea, John McLaughlin, Herbie Hancock, Ron Carter, Tony Williams, Oscar Peterson avec Terry Clarke et Niels Pederson, Slide Hampton etc. Le nombre de spectateurs atteint 75'000.

Photos

Montreux Jazz Festival 1981

1982

Montreux Jazz Festival

La 16ème édition du Festival, du 9 au 25 juillet commence très fort. Laurie Anderson, Talking Heads et Tom Tom Club pour la première soirée, les brésiliens Milton Nascimento, Wagner Tiso et Alceu Valença pour la deuxième et le roi du Reggae Jimmy Cliff, ainsi que Gilberto Gil pour la troisième. Le rock est assuré par un groupe américain : Climax Blues Band, Steve Miller Band et Mink DeVille. Jackson Brown assure le côté Soul Music et le Jazz-Rock c’est The Lounge Lizards et le nouveau groupe de Michael Shrieve (ex batteur de Santana) Novo Combo. Côté blues c’est le virtuose de la guitare Stevie Ray Vaughan qui surprend le public. David Bowie, alors dans l'audience, demande à Stevie Ray de jouer sur son album "Let's Dance". Jackson Browne, également présent, offre à Stevie du temps pour enregistrer dans son studio de Los Angeles. "Stevie Ray Vaughan & Double Trouble" signe un contrat chez Epic grâce à John Hammond senior. BB King le 22 juillet, à nouveau un événement. Riche programme de Jazz avec Charles Lloyd, Dave Brubeck, Lionel Hampton, Wynton Marsalis, Bobby McFerrin, Jay McShann , Billy Cobham’s Glass Menagerie, Eric Gale et une super session avec de grands nom tels que Jack Bruce, Alan Holdsworth, Didier Lockwood, David Sancious et Billy Cobham. Une autre révélation le groupe Jazz-Rock-Fusion Steps Ahead avec Mike Brecker, Peter Erskine, Eddie Gomez, Don Grolnick et Mike Mainieri. Le 16 juillet c'est le groupe Australien de Jazz-Fusion 'Crossfire' formé en 1974 à Sydney qui monte sur scène au Casino. Les musiciens sont Mark Riley (Batterie), Greg Lyon (Basse, Chant), Jim Kelly (guitares), Michael Kenny (claviers, trompette),Tony Buchanan (Sax, Flute) et Ian Bloxham (Percussion).

Le 16e Festival mérite sa réputation d'éclectisme. C’est Jean Tinguely qui signe l’affiche.

Photos

Montreux Jazz Festival 1982

1983

Montreux Jazz Festival

Du 7 au 24 juillet. La soirée d’ouverture du Festival avec George Benson et plusieurs invités dont Ray Bryant, Richie Cole, Dizzy Gillespie, Jimmy Smith, James Moody. Le Brésil avec Joao Bosco, Ney Matogrosso et Caetano Veloso. Rock, Jazz Blues avec des artistes tels que Art Blakey, Buddy Guy, John Lee Hooker, Luther Allison, John Hammond, Willie Dixon, The Art Ensemble of Chicago, Freddie Hubbard, Gil Evans, James Blood Ulmer, Joanne Brackeen, Fats Domino, Roy Ayers, James Blood Ulmer, une soirée VSOP avec Herbie Hancock, Ron Carter, Tony Williams, Wynton Marsalis et Branford Marsalis. Keith Haring crée le poster de cette 17e édition.

Montreux Jazz Festival 1983

1984

Montreux Jazz Festival

Le Festival célèbre son 18e anniversaire avec faste. Miles Davis, d'après ceux qui suivaient sa tournée estivale, donne son meilleur concert à Montreux. Le guitariste Stanley Jordan et la chanteuse Sade sont parmi les révélations... Johnny Winter entouré de la crème des musiciens de blues de Chicago, le groupe suisse Slapstick, le bluesman irlandais Van Morrison toujours fidèle à lui-même ainsi que BB King. Luther Allison, Louisiana Red, Robert Cray band, Muscle Shoals Rhythm Section (on retrouve Roger Hawkins à la batterie, ancien batteur des Allman Brothers Bands). Stephan Eicher, Elliott Murphy et Chris Rea le 10 juillet. Sans oublier le Mahavishnu Orchestra avec John McLaughlin, Bill Evans, Billy Cobham, Mitchel Forman et Jonas Hellborg qui diffusent leur puissant jazz rock sans aucune erreur ! La même soirée : David Sanborn et le United Jazz and Rock Ensemble avec entre autre des musiciens tels que Ian Carr, Albert Mangelsdorff, Charlie Mariano, Volker Kriegel, Eberhard Weber ou Jon Hiseman ! Klaus Doldinger Passport diffusera son jazz-rock le 16 juillet ainsi que Spyro Gyra et le très bon groupe Steps, qui était à Montreux en 1982 et qui devient Steps Ahead avec Michael Brecker, Warren Bernhardt, Tom Kennedy, Peter Erskine et Mike Mainieri . Un duo de musiciens brésiliens : Egberto Gismonti et Nana Vasconcelos et le groupe du guitariste virtuose Paco de Lucia.

Montreux Jazz Festival 1984

1985

Montreux Jazz Festival

Tous les records de spectateurs sont battus du 4 au 20 juillet. Miles Davis à nouveau en tête d’affiche avec la même formation que l’an dernier sauf Vincent Wilburn qui remplace Al Foster à la batterie. Fabuleux concert. Leonard Cohen et ses 5 musiciens le 9 juillet. Nina Hagen étonne, Kid Creole and the Coconuts, Airto Moreira et Flora Purim, du blues-rock avec le Rory Gallagher Band, le trio de Keith Jarrett avec Gary Peacock et Jack DeJohnette, Manu Dibango, Horace Silver, Astor Piazzolla, , Mark Isham, l’indien Shankar avec Jan Garbarek, Trilok Gurtu et Nana Vasconcelos, Bob James, Lee Ritenour. Joao Gilberto et Antonio Carlos Jobim représentent le Brésil. Stevie Ray Vaughan assure la soirée blues avec Johnny Otis et son fils Shuggie (excellent guitariste !)

Montreux Jazz Festival 1985

1986

Montreux Jazz Festival

Du 3 au 19 juillet, c’est Keith Haring et Andy Warhol qui créent le poster du 20eme anniversaire. Toutes les places sont vendues avant le début du Festival en raison d'un programme exceptionnel réunissant Miles Davis et ses 7 musiciens, le Quartet de Wayne Shorter, McCoy Tyner, The Neville Brothers, Chris Rea, Spyro Gyra, Stephan Eicher, Special EFX, Talk Talk, Jasper Van’t Hof, Eric Clapton and Friends (avec Phil Collins entre autre), Sade, Simply Red, Luther Allison, John Mayall qui invita les deux guitaristes Clapton et Luther Allison sur scène, David Sanborn, Al DiMeola en solo, Eddie Palmieri et son salsa band, Michel Petrucciani, Al Jarreau, George Benson, le quartet de Herbie Hancock avec Brandford Marsalis, Ron Carter et Al Foster. L’argentin Astor Piazzolla et son sextet monte sur scène accompagné de Gary Burton le 17 juillet. Sans oublier George Duke qui distille ses notes magiques avec Tania Maria accompagnés de Eddie Gomez et Tommy Campbell.

Montreux Jazz Festival 1986

1987

Montreux Jazz Festival

Du 2 au 18 juillet. Le programme comprend du Rock avec Los Lobos, The Pretenders avec Chrissie Hynde, Joe Cocker, Johnny Clegg, du Folk Jazz Fusion avec le groupe de Pat Metheny et son fidèle clavietiste Lyle Mays, du Jazz avec le Modern Jazz Quartet avec John Lewis (piano), Milt Jackson (vibraphone), Percy Heath (basse) et Connie Kay (batterie). Le Big Band de Dizzy Gillespie avec Milt Jackson comme invité ainsi que le quartet de Wynton Marsalis avec une apparition surprise de George Duke et Dizzie Gillespie. Stan Getz, Donald Bird, Herb Ellis et Barney Kessel, Randy Brecker joue avec Marc Johnson et Peter Erskine le 14 juillet tandis que son frère, Michael Brecker, joue avec son groupe et l’excellent Mike Stern à la guitare. John McLaughlin et Paco de Lucia jouent en duo. Monty Alexander nous présente son groupe Jamaicain et Paolo Conte fait aussi partie de la fête ainsi que Terence Trent D’Arby, le groupe vocal de doo-wop, de jazz "léger" et cabaret américain Manhattan Transfer, Ben E. King, l’Afrique est représenté par Toure Kunda, le Blues avec le roi du Blues BBKing et son groupe réduit à 8 musiciens, Memphis Slim en duo avec le batteur George Collier, James Cotton Blues Band, Hugh Masekela, retour du japonais Sadao Watanabe et Nina Simone à Montreux, Curtis Mayfield, Taj Mahal revient avec 4 nouveaux musiciens distillant une musique fraîche importée des iles, Les Rita Mitsouko duo d'auteurs-compositeurs-interprètes Pop-Rock français, composé de Catherine Ringer et Frédéric Chichin sont l’attraction de la soirée du 5 juillet. En solo sur scène on découvre le guitariste Steve Morse (ex Dixie Dregs et actuellement avec Deep Purple), Stanley Jordan guitariste de Jazz fusion américain, connu en particulier pour sa technique de tapping polyphonique à la guitare ou Herbie Hancock également seul mais, évidemment, aux claviers. Notons un retour triomphal du quintet de Dexter Gordon avec Bobby Hutcherson au vibraphone.

Montreux Jazz Festival 1987

1988

Montreux Jazz Festival

Du 30 juin au 16 juillet. Michel Jonaz ouvre le Festival. Courtney Pine vient à Montreux pour la première fois, alors que Charles Lloyd y revient 21 ans après son premier concert. Miles Davis commence son répertoire avec "In a Silent Way" laissant peu de temps à l’improvisation pour ses géniaux musiciens très concentrés. Le retour également de Eddie Harris et Les McCann qui accompagnent également Wynton Marsalis. Le trio de Chick Corea avec Tommy Brechtlein et John Pattitucci. Le quintet de Jean-Luc Ponty, Johnny Halliday, Gerry Mulligan, Chuck Mangione, Lee Ritenour, le Jazz Rock avec les Yellowjackets emmenés par Russel Ferrante aux claviers, David Sanborn revient à Montreux avec, entre autre, Hiram Bullock (guitar). Soirée exceptionnelle le 14 juillet avec le retour de Milton Nascimento entouré de 7 musiciens brésiliens, de Carlos Santana jouant avec… Wayne Shorter et leurs musiciens soit Patrice Rushen, Chester Thompson, Alphonso Johnson, Ndugu Chancler, Armando Peraza, et Chepito Areas, et comme si le menu de la soirée n’avait pas été assez copieux : Joe Satriani (musicien certainement né avec une guitare à la main !!) joue avec son trio de choc. Monty Alexander et Randy Weston jouent le 15 juillet et George Duke & Friends (Ndugu Chancler, Stanley Clarke et Rique Pantoja) font partie de la même soirée. Le programme inclu encore, entre autre, George Benson, Tracy Chapman, Kassav, Abdullah Ibrahim, le sympathique Papa John Creach au violon, Womack & Womack, James Taylor, Herbie Hancock qui s’entoure de Michael Brecker, Al Foster et Buster Williams. Steve Gadd revient après douze ans avec son groupe (Eddie Gomez, Cornell Dupree, Richard Tee et Ronnie Cuber).
Montreux ouvre grandes ses portes à LA musique en général.

Montreux Jazz Festival 1988

1989

Montreux Jazz Festival

Du 6 au 22 juillet. La multiformité continue: du Rock sudiste américain avec Little Feat, du Reggae avec The Wailers Band qui était le groupe original de Bob Marley dès 1974 et jusqu’à la mort de Bob en 1981, le groupe "War" avec des influences nettement Rock et Funk, de la musique brésilienne avec Pepeu Gomez, Joao Bosco, Joao Gilberto, Caetano Veloso ou Wagner Tiso, de la musique africaine avec Youssou N’Dour. Miles Davis revient, pour la plus grande joie de ses fans, avec un tout nouveau groupe comprenant 2 bassistes et 2 clavietistes. Van Morrison avec un grand orchestre (Dallas Jazz Orchestra) et les Blues Brothers, Albert Collins casse la glace avec son Blues Rock puissant, Joan Baez avec son groupe "Malaco Band", The Drifters groupe vocal de rock and roll, rythm and blues et soul américain formé en 1953, Stanley Jordan qui revient cette année avec un groupe de 3 musiciens. Le mystère des voix bulgares surprend et Herbie Hancock et ses "Headhunters" comprenant des musiciens exceptionnels Darryl Jones, Mino Cinelu, Ndugu Chancler, Bill Evans et Wah Wah Jackson distribue un Jazz-rock puissant. Le retour de Spyro Gyra et de Steps Ahead qui revient à Montreux avec une toute nouvelle formation. Le seul musicien d’origine étant Mike Mainieri. Mentionons George Duke avec Stanley Clarke et Rayford Griffin (et Chaka Khan en invité), George Benson s’aventure sur scène en quatuor avec McCoy Tyner au piano, Nous retrouvons Dizzie Gillespie avec Phil Woods et Bobby Hutcherson, Dianne Reeves, Tania Tikaram, Chico Hamilton, un trio de guitaristes doués, Bireli Lagrene, Al DiMeola et Larry Coryell, Georgie Fame, The Ramsey Lewis Quartet, Etta James, BBKing, Carmen McRae, Spyro Gyra, larry Carlton, de la Worldmusic avec Farafina ou de la Soul avec Lou Rawls et Elvis Costello.

Montreux Jazz Festival 1989

1990

Montreux Jazz Festival

Du 6 au 21 juillet. Le Festival débute avec les rythmes brésiliens et c’est Jorge Ben et ces 5 musiciens qui ont l’honneur d’ouvrir ce 24ème festival. Retour de Little Feat et leur Rock sudiste américain. Du Blues de qualité avec Gary Moore et Albert King. Miles Davis revient avec un nouveau groupe et étonne son public à chaque nouvelle édition. Le même soir Wayne Shorter (ancien sax de Miles, puis Weather Report) donne une représentation étonnante avec Larry Coryell (guitare) Jim Beard (claviers), Ronnie Burrage (batterie) et Jeff Andrews (basse). Roberta Flack revient pour la troisième fois avec 8 musiciens, The Neville Brothers, The Yellowjackets, Nina Simone, Alexandre Bugnon, Rachelle Ferrell, Count Basie, George Benson, Michel Petrucciani, David Sanborn, Etta James, Al Jarreau, Van Morrison et Dizzy Gillespie avec le United Nation Orchestra. Du Rock-Funk avec Kool and the Gang, le quartet de Jack DeJohnette avec Herbie Hancock Dave Holland et Pat Metheny, du Blues avec John Lee Hooker, BBKing, Luther Johnson et n’oublions pas Bill Frisell trio, le groupe d’Andy Summers avec Sting (deux musiciens du groupe Rock Police) avec Chad Wackerman (a joué avec Frank Zappa entre autre) puis le groupe Vinx avec Sting le 20 juillet au Casino de Montreux.

Montreux Jazz Festival 1990

1991

Montreux Jazz Festival

Le 25ème anniversaire et le 700ème anniversaire de la confédération Suisse ! Coproduit par Quincy Jones, le Festival débute avec un concert acoustique de Sting puis accueille Bootsy Collins, Le rock progressif avec les légendaires Moody Blues et Toto. Elvis Costello, Bonnie Raitt, Jean-Luc Ponty, du blues avec B.B. King. Milton Nascimento, Gal Costa, Gilberto Gil sont les ambassadeurs de la musique brésilienne. Une soirée intéressante avec Don Grolnick band – Joe Henderson, Randy Brecker, Eddie Gomez et Victor Lewis et le Charlie Haden’s "Liberation music orchestra". La même soirée Andy Summers avec Bill Evans, Mitch Forman et Darryl Jones !! Le 15 juillet encore des musiciens exceptionnels : Herbie Hancock/Wayne Shorter/Stanley Clarke/Omar Hakim (Désolé du peu !) Rachelle Ferrel et Dianne Reeves complètent la soirée. Une soirée surprise avec Ray Charles and friends. Une soirée de gala avec Quincy Jones et ses amis dont George Benson et le Count Basie Orchestra, Toots Thielemans etc. Anita Baker et David Sanborn pour une soirée Elektra sans oublier le bluesman Champion Jack Dupree et Allen Toussaint et son groupe lors d’une soirée intitulée "de la New Orleans à Washington". Mais la cerise sur le gâteau est apportée par le fantastique concert de Miles Davis avec le Gil Evans Orchestra et le George Gruntz Concert Jazz Band, sous la direction de Quincy Jones.

Montreux Jazz Festival 1991

1992

Montreux Jazz Festival

Du 2 au 18 juillet. A nouveau une coproduction avec Quincy Jones et un autre feu d'artifice: Joe Cocker ouvre le Festival avec le groupe Rock’n Blues "Was not Was". Annie Lennox, Emmylou Harris, The Kronos Quartet, Tori Amos, Randy Crawford, Eddie Daniels, Gary Burton et Marc Johnson, Une soirée intéressante avec Bobby McFerrin et Quincy Jones accompagnés de George Duke aux claviers. Une soirée tribute to Miles Davis avec Herbie Hancock, Wayne Shorter, Tony Williams, Wallace Rodney et Ron Carter. Du Blues avec Eric Clapton (Chuck Leavell aux claviers – ex musicien du légendaire Allman Brothers Band), Simply Red revient, Tracy Chapman aussi, Joan Armatrading, The Yellowjackets et le George Duke Band. Musique Indie-World-Fusion avec Jay Uttal qui, à l’âge de 19 ans parti en Inde étudier le sarod et le chant avec le légendaire Ali Akhbar Khan. L’ex-Beatles Ringo Starr joue avec de prestigieux musiciens Pop dont Joe Walsh. Nils Lofgren, Dave Edmunds, Todd Rundgreen musicien américain, chanteur, compositeur et producteur etc. Une soirée Blues avec Buddy Guy et son groupe, Albert Collins et ses casseurs de glace (Icebreakers), The Blues Brothers avec Eddie Floyd, de la musique Pop-Soul avec Tony Joe White, une soirée Gospel avec The Atlanta Superchoir, Andae et Sandra Crouch, Tramaine Hawkins.

Montreux Jazz Festival 1992

1993

Montreux Jazz Festival

Du 2 au 17 juillet l’affiche du Festival sort ses griffes. C’est Tomi Ungerer qui a croqué un chat mélomane ! Toujours avec Quincy Jones, le Festival déménage: du Casino de Montreux il s'installe au Centre des Congrès et des Expositions de Montreux et se dédouble. La toute nouvelle salle - l'Auditorium Stravinski - accueille Robert Plant chanteur des légendaires Led Zeppelin. Le brésilien Gilberto Gil, Carlos Santana et John McLaughlin, Al Jarreau accompagné de Steve Gadd, Eric Gale, Marcus Miller, Philippe Saisse, Joe Sample, David Sanborn avec Don Alias, Une soirée Jazz Power avec le Chick Corea quartet, le trio de Herbie Hancock et le George Duke Band. Une soirée nommée "Vive la France" avec Robert Charlebois, Manu Dibango, Ute Lemper, Stéphane Grappelli, Didier Lockwood et un Big Band conduit par Michel Legrand dont Peter Erskine assume la batterie. Même l'Orchestre National de Lille est présent pour deux soirées très spéciales: l'une consacrée aux Musiques de Films, et l'autre aux créations mondiales de Lalo Schifrin et de George Duke avec entre autre Stanley Clarke et Airto Moreira. Une soirée surprise le 13 juillet avec Eddie Murphy et son Psychedelic Psoul. Al Green, Chaka Khan, Fats Domino, Dr. John, Etta James, BB King Blues Band, Anita Baker James Brown et beaucoup d'autres font partie du programme. Les concerts de la "petite" salle - le New Q's - permettent d'apprécier, entre autres, Joe Henderson, Abdullah Ibrahim, Zap Mama, Michel Petrucciani, John Scofield, le trio de Bill Frisell, Klaus Doldinger, Incognito, Digable Planets et le Gangstarr Quartet.

Montreux Jazz Festival 1993

1994

Montreux Jazz Festival

Du 1er au 16 juillet c’est la deuxième édition au Centre des Congrès pour un succès public sans précédent avec quelque 68'000 spectateurs, un nouveau record! Un été torride et un programme extraordinaire attirent en tout plus de 120'000 festivaliers, concerts gratuits du Festival Off y compris. Le prestigieux label Verve y organise la célébration officielle de son 50e anniversaire à laquelle participe toutes les légendes vivantes du jazz. Le traditionnel week-end dédié à la musique brésilienne se dote d'une croisière délirante sur le lac Léman à bord du premier "Bahia Boat". Une inoubliable soirée Latin Rock réunit les plus grandes stars d'Espagne, du Mexique et d'Argentine. Quant aux stars de cette 28e édition, elles ont pour noms - entre autre - Bob Dylan, Natalie Cole, Stephan Eicher, ou Paul Rodgers & Friends (Paul chanteur du groupe Free en 1968 puis de Bad Company et qui rejoindra Queen en 2004). Celui-ci sera accompagné de Neil Schon (ex Santana et Journey) Jason Bonham (fils du batteur disparu de Led Zeppelin) et Brian May (guitariste de Queen). Le trio de Stanley Clarke, Jean-Luc Ponty et Al Di Meola avec comme invité Monty Alexander (piano), Johnny Cash, Bobby McFerrin, Herbie Hancock, Betty Carter, Michel Petrucciani, John Scofield & Pat Metheny, Wynton Marsalis, Roy Hargrove, Joshua Redman, Marcus Miller, Van Morrison, Keziah Jones, Miguel Bosé, Agélique Kidjo. Le groupe Rock Suisse Gotthard apparu en 1992 dont son premier album restera 15 semaines dans le hit-parade. Herbie Hancock, Betty Carter, Michel Petrucciano, John Scofield & Pat Metheny accompagnés de Steve Swallow et Bill Stewart à la batterie, Wynton Marsalis, Ray Hargrove, Joshua Redman, du Funk-Jazz avec Marcus Miller (Wah Wah Johnson comme guitariste invité), Luther Allison et Johnny Clyde Copeland pour le Blues, Van Morrison, Keziah Jones accompagné d’un bassiste et d’un batteur. Rory Gallagher revient avec un groupe de Blues. Ray Bryant et Randy Weston donnent de belles représentations au piano solo. Font partie de la fête également Charlie Haden, Miguel Bosé, Angélique Kidjo ainsi que les nouvelles découvertes que sont Daniela Mercury (BRA) et les Big Geraniums (IRL), sacrés révélations de l'année.

Montreux Jazz Festival 1994

1995

Montreux Jazz Festival

29ème édition placée sous le signe d'une baisse des prix d'entrée, une action qui fait un véritable tabac et un nouveau record d'affluence: 78'000 spectateurs, et une affluence globale de près de 150'000 visiteurs! De nouvelles facilités d'accueil (développement de bus-navettes, réaménagement du Montreux Jazz Café, nouvelle collaboration avec le Casino- week-ends DJ's et après-midis musicaux) sont autant de belles réussites. Le second "Bahia Boat" se trouve un petit frère, le "Memphis Boat". Les workshops sont repensés et attirent toujours plus de monde. Quant au programme, il vit de nombreux temps forts: splendides soirées africaines (Baba Maal, Salifa, Cheb Mami, Youssou N'Dour, Malcolm Braff & Farafina), très accrocheuses soirées ska et cubaine, et grands moment d'émotion ou de folie avec les concerts de George Clinton, Olodum, James Taylor Quartet, Guru's Jazzmatazz, Marianne Faithfull, Van Morrison, du Ska avec The Specials, Ice T, Morphine, Jamiroquai, James Brown, Chaka Khan, B.B. King, Lucky Peterson, Randy Weston, James Brown, Tony Bennett, Gary Moore, Jimmy Smith ou John McLaughlin et son groupe Free Spirits, Joe Henderson, Dr John, Wild Magnolias, Jacky Terrasson, All 4 One, Manhattan Transfer ou autres James Carter et Joan Armatrading...… Pour la première fois le Festival de Jazz de Montreux sera relié au réseau internet. Toutes les informations, programme, biographies et photos des artistes, commande de billets, vente de posters etc sont disponibles sur le WEB dès le 1er juillet. Le poster a été dessiné par David Bowie.

Montreux Jazz Festival 1995

1996

Montreux Jazz Festival

30ème anniversaire du Festival. Toute la Riviera vaudoise, de Vevey à Villeneuve, vit 16 jours et 16 nuits au rythme du Jazz, du Blues, de la Samba et du Rock. L’affiche est signée Rolf Knie. Un éléphant jouant du saxo. Le programme, à la hauteur de pareil anniversaire, présente de nombreuses légendes vivantes: Deep Purple, de retour à Montreux 25 ans après y avoir composé leur succès "Smoke on the Water" quelques jours après l’incendie qui a ravagé le Casino pendant le concert de Frank Zappa. Les musiciens sont tous d’origine sauf Steve Morse qui a remplacé Richie Blackmore à la guitare. Dans le même répertoire Rock : ZZ Top ou encore Santana. Le 5 juillet c’est Stephan Eicher qui compose une soirée articulée autour du carnet de route de sa dernière tournée mondiale avec plus de 100 musiciens et danseurs invités sur scène ! Phil Collins arrive avec un Big Band spécialement constitué pour l'occasion et qui reprendra quelques airs de Genesis. Quincy Jones dirige le WDR Big Band et la plus mythique des chanteuses brésiliennes, Maria Bethânia, sublime par le seul timbre de sa voix, violente et poétique à la fois. Outre les trois "monstres sacrés" de la guitare - Paco de Lucia, Al Di Meola et John McLaughlin - , Herbie Hancock, Wayne Shorter , Macus Miller, Simply Red, Little Richard, Elvis Costello, Zucchero, Bo Diddley et ses multiples guitares aux formes bizarres, Clarence Gatemouth Brown, Otis Rush, Al Jarreau, Isaac Hayes, George Benson, Touré Kunda, Lenny White, l’homme de Woodstock Richie Havens, McCoy Tyner avec Michael Brecker (sax), Horace Silver, la divine Cassandra Wilson envoûte le public.… et Charles Aznavour, fils d'immigrés arméniens, qui a longement lutté pour lancer sa carrière de chanteur en France n'a ni un look de star de cinéma ni une voix remarquable, mais il a deux choses en sa faveur, un puissant charisme sur scène et une incroyable volonté! Ce soir il rend hommage à Charles Trenet !

Montreux Jazz Festival 1996

1997

Montreux Jazz Festival

Parmi les nombreux moments forts de cette édition, dont l'affiche a été créée par James Rizzi, le MJF souligne le rassemblement des cinq "Legends", Marcus Miller, Eric Clapton, Steve Gadd, Joe Sample et David Sanborn pour le concert d'ouverture; le feu sacré et envoûtant de Carlinhos Brown; la performance "muy caliente" (très chaude) du trompettiste américain Roy Hargrove, délicieusement ensoleillée de rythmes cubains; la redécouverte explosive des funky Earth Wind and Fire à travers un spectacle plein de joie et d'énergie extrêmement bien partagée; le triomphe émouvant de Charles Aznavour et ses huit solistes lors de la soirée "Mes 50 ans de Chansons"; la bombe de Pascal Auberson dans une interprétation subtile et rebondissante du Big Bang de Hubert Reeves, accompagné par le Big Band de Lausanne; la magie de la rencontre entre Gotthard et Montserrat Caballé, la découverte (au Petit Théâtre du Palace dans le cadre du "Montreux Acoustic") du pianiste Brad Mehldau qui, grâce à un talent fort remarqué, a fait son chemin jusqu'à la grande scène le 18 juillet, celle de Wide Mouth Mason, le groupe qui grimpe dans le sillage des trios de rock des années soixante-dix; la révélation du canadien Jeff Healey, le gitan fascinant Goran Bregovic venu faire la fête tout en guitare, cuivre et folklore; l'électricité du DJ Roni Size lors de la soirée "Talkin' Loud", donnant le ton des sons de demain; la rencontre de l'Afrique et du jazz avec le saxophoniste David Murray... Voilà pour n'en citer que quelques-uns...

Montreux Jazz Festival 1997

1998

Montreux Jazz Festival

32ème édition et nouveau succès public: quelque 200'000 visiteurs se rendent au Festival. Pour l'affiche, le musicien et chanteur britannique Phil Collins dessine un sympathique batteur. Parmi les temps forts de l'Auditorium Stravinski, on se souviendra de l'ouverture par l'excellent concert de Bob Dylan, un nouveau torride week-end brésilien avec la splendide Marisa Monte, l'infatigable Gilberto Gil, l'étonnant Antulio Madureira et la grande Banda Eva, une extraordinaire soirée blues avec Buddy Guy et B.B. King, les retrouvailles entre Herbie Hancock et les Headhunters, le concert marathon de Carlos Santana (plus de trois heures!), le "phénomène" islandais Björk, un spectacle pour enfants (une première!) avec Henri Dès, une grande soirée flamenco avec la star espagnole Joaquín Cortés, la mémorable Atlantic Night avec Phil Collins et son Big Band, les voix somptueuses de Cassandra Wilson et Al Jarreau, et encore George Benson, Michel Petrucciani, Bootsy Collins, Earth, Wind & Fire, Candy Dulfer et Jorge Ben Jor, sans oublier la découverte d'un jeune bluesman extraordinaire: Kenny Wayne Shepherd. Quant à lui, le Miles Davis Hall, grande nouveauté dans la programmation de cette édition, a accueilli de nombreuses soirées consacrées aux nouvelles tendances musicales: techno, electro rock, drum'n'bass, hip hop, acid jazz, etc... Particulièrement étonnantes furent les variations électro-acoustiques de Pierre Henry, les délires virtuels de Jaron Lanier et les musiques du monde de la soirée Detour. Avec aussi de grands noms pour la "petite" salle du Festival: Les McCann, Billy Cobham, George Duke ou encore The Corrs. Sans oublier le Festival Off, les deux bateaux, Samba et Salsa, le Montreux Jazz Café, les workshops et les concerts acoustiques.

Montreux Jazz Festival 1998

1999

Montreux Jazz Festival

Du 2 au 17 juillet, le Festival fait exploser une fois de plus tous ses records de fréqentation: en seize jours, plus de 220'000 personnes se sont rendues dans les deux salles, au Festival Off sur les quais, au Montreux Jazz Café, à bord des trois croisières musicales, aux concerts acoustiques et au workshops. L'affiche bigarrée de cette 33e édition est signée par Romero Britto, artiste d'origine brésilienne établi aux Etats-Unis. L'Auditorium Stravinski a accueilli entre autres temps forts la prestation du saxophoniste Charles Lloyd, la voix d'or de Rachelle Ferrell, un vibrant hommage au bluesman récemment disparu Jimmy Rogers, le spectacle décapant du groupe R.E.M., les 50 ans de musique de l'infatigable B.B. King, la guitare de Pat Metheny, le saxophone de David Sanborn et le piano de Herbie Hancock (réunis le même soir avec leurs groupes), la spontanéité de George Duke, toute la sensibilité de James Taylor, le charme de la chanteuse Noa ou encore l'aura d'Alanis Morissette. Outre la voie des nouvelles tendances ouverte l'an dernier, le Miles Davis Hall a également accentué son exploration des musiques du monde. Le voyage et les fusions ont commencé en Jamaïque avec une grande soirée reggae; ils se sont poursuivis dans la culture celtique, la spontanéité africaine, le soleil de la Grèce, les mystères de la Laponie, les profondeurs de l'Inde, la fête maghrebine ou les traditions turques. Mais que tout ceci n'éclipse pas le jazz, toujours à l'honneur avec notamment trois soirées proposées par les labels TCB, Warner Jazz et ACT. Une des nouveautés de cette édition: un concours de piano jazz solo remporté par le jeune musicien suisse Léo Tardin.

Montreux Jazz Festival 1999

2000

Montreux Jazz Festival

Le Festival égale son record d'affluence, brave ainsi la météo d'un été maussade, entretient et développe de nombreuses animations: Montreux Jazz Café, Festival Off, quatre croisières et autant de trains musicaux, workshops, concerts acoustiques, concours de piano jazz solo (deuxième édition), concours de musiciens suisses de jazz (une nouveauté), extension des animations sur les quais jusqu'au centre-ville, ou encore Village fribourgeois sous le Marché Couvert. Dans les salles, de nouveaux temps forts se sont inscrits dans la mémoire de la manifestation: à l'Auditorium Stravinski, les 20 ans de Huey Lewis & The News, les nouvelles grandes voix de la soul (Macy Gray, Angie Stone), l'hommage à Serge Gainsbourg, le 75e anniversaire de B.B. King, l'intimité de Suzanne Vega, la prestation exceptionnelle de D'Angelo, la grandeur du trio de Keith Jarrett/Gary Peacock/Jack DeJohnette, la rencontre entre George Benson et Diana Krall, le charme de Lionel Richie, les doigts magiques du pianiste Brad Mehldau ou le rock pur et dur de Deep Purple. Le Miles Davis Hall a proposé un grand voyage passant par de nombreux styles musicaux de toute la planète: reggae, fado, flamenco, rythmes latino, hip hop, nombreuses déclinaisons du jazz, rock, drum'n'bass, funk, le vaste univers de l'electro, etc.; sans oublier quelques grands noms ou artistes en pleine ascension comme St Germain, Ryuichi Sakamoto, Courtney Pine, Mos Def, Everything But The Girl, Keziah Jones, Nils Petter Molvær, Laurence Revey, Les Négresses Vertes ou Gilles Peterson.

Montreux Jazz Festival 2000

2001

Montreux Jazz Festival

Le Festival fête ses 35 ans : l'affiche est signée par Mathias Winkler, artiste bernois en pleine ascension et la programmation répond à toutes les attentes du public : Basement Jaxx, Fontella Bass, Beck, Calexico, George Clinton, David Gray, Pj Harvey, Alanis Morissette, Tricky...

Retour au Casino de Montreux pour quatre soirées avec entre autres Jimmy Scott & the Jazz Expressions, Randy Weston, Joshua Redman Quartet...

Le Festival célèbre pour la troisième année consécutive le Solo Piano Competition. Ses très courtisés Workshops font toujours le bonheur de tous les mélomanes (Saul Williams, B.B.King, Jorge Ben Jor, Bobby McFerrin et Patti Smith, etc.). Pour la deuxième année consécutive, les Master Classes ont lieu et sont destinées aux étudiants des écoles professionnelles de jazz ou à de jeunes musiciens au talent déjà confirmé. Ces Master Classes sont ouvertes aux auditeurs. Une nouvelle scène est née, la Scène Bleue dédiée aux jeunes de moins de 18 ans.

Montreux Jazz Festival 2001

2002

Montreux Jazz Festival

La 36ème édition du Festival de Jazz de Montreux accueille plusieurs nouveautés :
- Le Montreux Jazz Club offre désormais aux détenteurs de billets pour l'Auditorium Stravinski des concerts acoustiques et des jam sessions pour terminer agréablement la soirée. Certains artistes de l'Auditorium et du Casino y font des apparitions (Mohair, musiciens d'Erykah Badu, Joe Sample).
- Le Festival de la BD de Sierre organise sur les murs du Club une exposition de l'illustrateur belge Louis Joos.
- La scène bleue est rebaptisée " Montreux Jazz Young Planet " par ses jeunes participants.
- Le cinéma Why Not projette gratuitement des films sur le jazz aux spectateurs du Casino
- Une autre innovation est la création de l'International Sax Competition, en collaboration avec la Jeremy & Kim White Foundation.
- 2002 marque également la sortie d'un coffret réunissant les enregistrements de tous les concerts de Miles Davis à Montreux.
- Inauguration sur les quais des bustes de B.B. King et de Ray Charles.
Côté programmation, le MJF 2002 est l'année David Bowie. Autres têtes d'affiche : Paul Simon, Keith Jarrett et son trio, Jamiroquai, Herbie Hancock, Wayne Shorter, Joe Cocker, Isaac Hayes, Garbage, Marianne Faithfull, etc.
Le Miles Davis Hall offre en 2002 une programmation éclectique et innovante : Michael Franti, Slayer, Muse, Gemma Hayes, Cake, Soul Designer, Air... Les workshops et Master Classes ont toujours un grand succès. Le Piano Solo Competition est remporté par le Roumain Marius Vernescu. Soweto Kinch (UK) sort vainqueur de l'International Sax Competition et le Thinh Nguyen Quartet de Berne gagne le Montreux Jazz Chysler Award.

Montreux Jazz Festival 2002

2003

Montreux Jazz Festival

La 37ème édition du Festival est sans conteste un cru exceptionnel et ce, tant au niveau de l'affluence, des performances que des températures caniculaires ! Durant 17 soirées, l'Auditorium Stravinski accueille une multitude de prestations mémorables avec entre autres Morcheeba, George Benson, Bonnie Raitt, Tom McRae, Craig David, Chico César, Herbert Grönemeyer, Joao Gilberto, Lisa Stansfield, ZZ Top, Krokus et salue aussi le retour de Jethro Tull, Yes, Gilberto Gil & Maria Bethânia, Natalie Cole, Noa, The Crusaders & Randy Crawford, Van Morrisson, The Pretenders, Simply Red, Jamiroquai, etc. À noter que le concert événement de cette année est sans conteste Radiohead qui n'a certes pas déçu les quelques happy few qui ont pu y assister !

Quelques étages plus bas, le Miles Davis Hall donne une nouvelle fois une belle leçon d'audace, de rythmes et de shows délurés avec Cypress Hill, The Rapture, The Streets, Appliance, Echoboy, Goldfrapp, Laurent Garnier & Bugge Wesseltoft, David Holmes Free Association, Jaga Jazzist, Jimi Tenor, Nada Surf, Stereophonics, Tricky, Flaming Lips, Susheela Raman, Mercan Dede, l'Orchestre National de Barbès, King Crimson, Joe Jackson Band, Roy Ayers, Dwele, The Roots, Elle Allien, Richie Hawtin, 2 Many DJ's et beaucoup d'autres encore.

Quant à la nouvelle salle sise au Casino Barrière, elle ouvre ses portes à sept soirées d'exception avec Michel Jonasz, Tony Benett, Charles Lloyd, John Abercrombie, Pierre Audétat, Jean-François Bovard, Soweto Kinch, Cassandra Wilson ainsi que Richard Galliano pour un hommage à Astor Piazzolla et Biréli Lagrène pour une soirée hommage à Django Rheinhardt, pour ne citer qu'eux.

Et pour les noctambules, le Montreux Jazz Club offre des jam-sessions mémorables, avec par exemple la venue inopinée de Keziah Jones. Quant au Montreux Jazz Café, il déploie une belle palette Dj's suisses et internationaux. Cet été-là, les workshops (ateliers de rencontres privilégiées entre artistes et public), la kyrielle de concerts du Festival Off et les sets acoustiques des Happy Hour Jazz remportent à nouveau un immense succès. Quant aux concours, une nouvelle catégorie - the Shure Montreux Jazz Voice Competition - vient compléter l'offre proposée aux jeunes artistes. Les gagnants sont : Inga Swearingen (USA) dans la catégorie voix, Jamie Oehlers (Australie) pour la catégorie saxophone et Tigran Hamasyan (Arménie) dans la catégorie piano. Quartz fut récompensé par le Chrysler Award en tant que meilleure formation de Jazz suisse. Peter Zihlmann a été récompensé par la Suisa en tant que meilleur compositeur.

Montreux Jazz Festival 2003

2004

Montreux Jazz Festival

Du 2 au 17 juillet, Montreux a, pour la 38ème fois, vibré au rythme du Festival. Marquée par le retour en force du jazz et des instants musicaux inoubliables, cette édition a battu son record de vente avec quelque 100'000 spectateurs et environ 220'00 visiteurs sur site malgré une météorologie maussade. Un bref rappel des faits !

La plus grande salle du Festival, l'Auditorium Stravinski, a accueilli quelques uns des grands noms du moment tels qu'Alicia Keys, KoRn, The Corrs, Sean Paul, Dido ou encore Seal mais aussi des artistes ou groupes mythiques comme BB King, Dr John, Solomon Burke, Van Morrison, Patti LaBelle, Jorge Ben Jor, Buddy Guy, Deep Purple, Cheap Trick, Chic. Quant à Carlos Santana, il a sans conteste décroché la palme d'or en se produisant à trois reprises et surtout en proposant un projet exceptionnel intitulé "Hyms for Peace". Dans la catégorie nouveaux talents, il faut souligner l'impressionnante Renee Olstead.

Le Miles Davis Hall et sa programmation à la fois diversifiée et avant-gardiste a séduit un large et nombreux public. Mélange de genres où rock, electro pop, hip hop, reggae, musique du monde, soul, R&B, rock, pop-folk furent à l'honneur. Et aussi parfait mariage entre découvertes et de noms établis : PJ Harvey, Black Rebel Motor Cycle, Archive, Gentleman, Yami Bolo, Avril, Blonde Redhead, Black Eyed Peas, Roots, George Clinton, Manuva, Ty, Tha Alkaholiks, Mark Ronson, Joss Stone, Tony Allen, Scissor Sisters, Michael Franti, Doctor L, Amp Fiddler, Suzanne Vega, Kings of Convenience et bien d'autres encore.

La programmation du Casino Barrière quant à elle faisait la part belle au jazz au cœur d'une nouvelle salle privilégiant les ambiances intimistes. Des légendes (Al Jarreau, Herbie Hancock, Wayne Shorter, Cornell Dupree ou Les McCann, Bobby McFerrin, James Taylor), de futurs grands (Kurt Rosenwinkel, Brad Mehldau, Joshua Redman, Stacey Kent, Jamie Cullum) mais aussi des surprises (la chanteuse et danseuse de hula hula japonaise Sandii, Gianna Nannini, la soirée hommage à Edith Piaf avec un « casting» de premier choix) se sont succédé sur la scène du Casino. Pari réussi pour une première année d'activité : le public a été conquis. Mais outre les salles payantes, les activités annexes et gratuites ont elles aussi remporté un immense succès. Tout d'abord, les workshops qui ont fait salle comble quasi tous les après-midi. Quant aux concours de piano, de voix et de guitare du Festival, ils ont permis à un large public de découvrir les jeunes talents de demain dont les vainqueurs de chaque catégorie, respectivement Robert Botos de Hongrie, Anna Serafinska de Pologne et Antal Pusztai de Hongrie, se produiront sur l'une des scènes montreusiennes en 2005. Malgré les imprévus subis à cause des intempéries, le Montreux Jazz Under The Sky a séduit bon nombre de spectateurs. Les croisières et les trains musicaux ont charmé de nombreux festivaliers. Et pour la première année, la barge de l'AMJ a officiellement démarré ses activités sur les eaux du Léman. Les noctambules n'ont pas été en reste ! Le Montreux Jazz Café proposait une jolie palette de Dj's (AlexKid, Agoria, Patrick Forge, Andy Smith et bien d'autres ) qui ont fait danser des milliers de festivaliers jusqu'au bout de la nuit. Et dans un genre différent, les jams sesssions improvisées ont fait un retour en force sur la scène du Montreux Jazz Club ou encore dans le nouveau Musician's bar du Mountain Club au Casino. La 38ème édition rime sans conteste avec éclectisme et aussi avec réussite. Alors vivement l'année prochaine !

Montreux Jazz Festival 2004

2005

Montreux Jazz Festival

C’est bien connu : il faut bien plus qu’une météo capricieuse pour saper la motivation d’un festivalier chevronné… La preuve ! À l’heure du bilan final de cette 39e édition du MJF, chiffres à l’appui, les objectifs du festival ont été atteints. Au niveau de la fréquentation, quelque 220'000 visiteurs sont venus à Montreux entre le 1er et le 16 juillet. Les quatre salles payantes ont absorbé une fréquentation globale de près de 96'000 personnes.

L’Auditorium Stravinski accueille, durant le Festival un total de 52'000 personnes. Une soirée celtique ouvre le Festival avec les Corrs et le dernier-né de la pop britannique James Blunt. Durant ces 16 jours l’Auditorium vibre tous les soirs et dans différents esprits.
Des mythiques poids lourds du blues, Robert Cray Band, Solomon Burke et le grand maître B.B. King aux quatre métalo-classieux d’Apocaliptica suivis, ce soir là du ténébreux seigneur du metal-glam, Alice Cooper, en passant par la jeune et charmante Emiliana Torrini ou le trio mythique Crosby, Stills & Nash… Ils enthousiasment tous le public.
Mais c’est aussi Robert Botos et Oscar Peterson Quartet, Craig David ou l’acide jazz d’Incognito, ainsi que Randy Crawford, David Sandborn ou l’irrésistible crooner George Benson, qui enflamment l’Auditorium Stravinski. La liste est loin d’être exhaustive.
Il convient de rendre hommage aux rythmes cubains et à la bonne bouille du papi chanteur, Ibrahim Ferrer, qui une fois de plus a conquis le public, avant de malheureusement nous quitter définitivement peu de temps après.

Au Miles Davis Hall, 45 groupes se relayent, chaque soir un style et de nouveaux talents à découvrir. Des soirées Salsa, Electro, avec Death In Vegas ou Reggae avec la légende sieur Barrington Levy. Le Miles Davis Hall, l’instant d’une soirée cède également à la pression des trois collectifs "rock garage" Ghinzu ,Blues Explosion et enfin The Hive qui électrifie la foule en délire et lui assène une rafale de riffs teigneux imparables…
Ce sont des moments inoubliables que les Young Gods offrent au public avec leur show "sons et lumières" Loopmatico-hypnotique. C’est encore Cibelle, Seul Jorge ou Tom Zé qui donnent un aperçu brillant de la musique brésilienne.
C’est aussi le très funky Jack Splash de Plantlife, les excités de And You Will Know Us By The Trail Of Dead, d’Isis et d’Audioslave ou dans un autre style Sly Dunbar, Robbie Shakespeare, la grande famille du Fifth Element Crew et le DJ Asher Selector qui séduisent la foule du Miles davis Hall.

Pour cette 39ème édition du Montreux Jazz Festival, le Casino Barrière a un programme des plus coloré. Des voix inoubliables, comme celles de Marianne Faithfull, Tori Amos, Juliette Gréco, Lisa Stansfield, Michel Jonasz, font frissonner le public; sans oublier la prestation exceptionnelle de Bobby Mc Ferrin, aussi à l’aise seul sur scène qu’accompagné de Fazil Say ou Joe Sample. Le public peut également se délecter aux rythmes des icônes du jazz: McCoy Tyner, Steps Ahead, Jean-Luc Ponty-Stanley Clarke- Bela Fleck, Georges Duke, ainsi que découvrir des nouveaux talents révélés lors des concours du Festival 2004. Enfin, la fête et la bonne humeur sont au rendez-vous lors de la soirée cubaine avec Chucho Valdes et Arturo Sandoval.

A côté de c’est trois salles, il ne faut pas manquer au Montreux Jazz Café, le trio danois Whomadewho ainsi qu’une panoplie de DJ. Trevor Jackson, A touch Of Class, les frangins Dewaele de 2Many Djs et biens d’autres…

Le Montreux Jazz festival, c’est également les bateaux et les trains qui accueillent près de 5'700 visiteurs. Le Montreux Happy Hour Jazz avec des concerts de jazz gratuits, Under The Sky avec 78 groupes, les workshops, les expositions… Les activités gratuites ne manquent pas. Le Montreux Jazz Young Planet qui tous les jours accueille de nombreux jeunes : lieu de rencontre, de divertissement, de création et de dialogue, il offre une alternative pour faire la fête autrement.

Les 220'000 visiteurs ont su trouver le bonheur dans ce large panel musical et seront d’autant plus comblés avec l’édition anniversaire à venir.

Montreux Jazz Festival 2005

2006

Montreux Jazz Festival

"Le Montreux Jazz a 40 ans et alors ? Revenez demain il aura 41 ans !"
disait Claude Nobs au journaliste qui lui posait cette question.
A vrai dire 2006 est une date un peu spéciale à Montreux. Le Festival de Jazz fête ses 40 ans, Claude Nobs ses 70 ans, le Septembre Musical ses 60 ans, le Montreux Palace Hôtel ses 100 ans, la statue de Freddie Mercury fut dévoilée voici 10 ans et il fêterait ses 60 ans !!! Mais revenons au Festival. La fête commence très fort à l’Auditorium Stravinski le 30 juin avec un hommage particulier à Ahmet Ertegun fondateur de Atlantic Records dans les années 50 avec notamment Solomon Burke, Chic & Nile Rodgers, George Duke, Kid Rock, Ben E. King, Robert Plant (Led Zeppelin) Steve Winwood (ex Traffic) Stevie Nicks (ex Fleetwood Mac) et The Atlantic Soul All Stars avec Les McCann et Cornell Dupree, Ronnie Cuber, Jerry Jemmott et Buddy Williams. (Jimmy Page et Jeff Beck qui étaient prévus sont restés absents).

Le lendemain 1er juillet c’est The Black Eyed Peas au Stravinski. Groupe formé par trois rappeurs et qui se caractérise par sa musique hip hop, influencée par des rythmes de soul, jazz et latino. The Clarke/Duke project et Klaus Doldinger Passport jouent au Casino Barrière.

Le 2 juillet, hommage à Nesuhi Ertegun (frère ainé de Ahmet, malheureusement décédé en 1989 à New York) avec Ornette Coleman saxophoniste controversé, figure légendaire de l’avant garde, capable de tout même de jouer avec Lou Reed…. Joe Sample et Van Morrisson eux se produisent dans la salle du Casino
B.B. King et ses amis se produisent le 3 juillet et une fois encore B.B. King demanda à son ami Claude Nobs de le rejoindre sur scène avec son harmonica. Au Casino c’est Al Jarreau, seul chanteur à avoir reçu des Grammy awards dans trois catégories différentes, à savoir jazz, pop et R & B et David Sanborn, saxophoniste américain qui débuta dans l’orchestre de Paul Butterfield dans les années 70 qui sont les têtes d’affiche de cette soirée.
Grand succès pour Massive Attack le mardi 4 juillet groupe anglais toujours en avance sur son temps, d'abord proche du hip-hop, du groove voire de la soul, qui se rapprochera de l'électronique à la fin des années 1990. et le retour du grand rouquin Mick Hucknall alias Simply Red le 5 juillet. Tracy Chapman et ses 3 musiciens ont assuré 17 morceaux dont le classique "Stand by me" sur la grande scène du Stravinski.
Auteur, compositeur et interprète de rock canadien Bryan Adams est un faiseur de hits. Il l’a prouvé le 6 juillet au Stravinski pendant que Jack DeJohnette, John Scofield et Larry Goldings ont envouté le public dans la salle du Casino après la prestation solo de Abdullah Ibrahim.
Le tour du Brésil avec Ney Matogrosso, Maria Rita, seule présence féminine de la soirée, et Martinho da Vila, Gilberto Gil, chanteur, compositeur mais également Ministre de la Culture du Brésil, Carlinhos Brown au Stravinski et Chick Corea et son « Mozart Project » au Casino. Chick Corea fait partie des musiciens dont le mot "fusion" est de ceux que son vocabulaire revendique.

Le 9 juillet Santana et son programme inédit : "Dance to the Beat of my Drum" est un hommage aux percussions avec des musiciens invités aussi variés que Touré Kunda, Mory Kanté, Carlinhos Brown ou Angélique Kidjo. Taj Mahal et Randy Newman assuraient sur la scène du Casino.
Le 10 juillet Santana présente "My Blues is Deep" en hommage aux victimes et aux artistes qui ont tout perdu lors de la catastrophe qui a frappé la Nouvelle Orléans avec des invités comme Taj Mahal, The Neville Brothers, Irma Thomas et Zucchero pendant que de l’autre côté de la ville, au Casino, montent sur scène le batteur Aldo Romano, Victoria Abril et Bernard Lavilliers pour un hommage à Claude Nougaro. Quelques minutes après l’annonce de la venue de Sting à Montreux, le 11 juillet, la centrale de réservation des billets a été prise d’assaut. Sting est un chanteur engagé. Il a activement participé à la création de la Rainforest Foundation, une association qui veut préserver la forêt amazonienne. Chaque année, Sting et sa femme organisent un concert en faveur de cette association. Le concert fut tout simplement magnifique et nous laisse sans voix. Le même soir, au Miles Davis Hall, c’est Morrissey qui avait annoncé son retour. C’est lui qui a fondé The Smiths en 1983, groupe emblématique et qui influença Oasis, Babyshambles ou encore The Strokes, (ce groupe s’est d’ailleurs produit le 14 juillet dans cette même salle). Quelques excellents musiciens de Jazz au Casino : Bob James, Larry Carlton, Harvey Mason, Herbie Hancock.Triologie de Santana.

Le 12 juillet c’est la soirée "Tower Power" c’est le souffle brûlant d’une section de cuivre soutenue par une rythmique d’enfer avec les musiciens "originaux" du guitariste ainsi que des invités tels que Eagle Eye Cherry, Paul Sean etc. Le génie de la basse Marcus Miller, et ses 5 musiciens, nous rappelle que c’est à lui que l’on doit "Tutu" l’album de Miles Davis en 1986. Intéressante musique du monde avec le trio de Zakir Hussain maître aux tablas, Eric Harland tantôt au piano et aux percussions et Charles Lloyd au tenor sax.

Le 13 juillet c’est Sean Paul (de son vrai nom Sean Paul Ryan Francis Henriques) né le 9 janvier 1973 à Kingston, au cœur de la Jamaïque. Après avoir fait des petits boulots en tant que serveur ou même guichetier dans une banque, c'est finalement vers la musique que Sean Paul s'est tourné et il a bien fait ! Autre concert intéressant au Casino c’est Solomon Burke. Incroyable destin que celui de ce tube planétaire dont Solomon Burke, 68 ans, géant de la musique soul, est le père. "A ceci près que personne ne le sait", se plaint-il aujourd'hui. Et surtout pas les millions de spectateurs du film The Blues Brothers, qui consacra définitivement cette chanson. Chaque troisième dimanche du mois, sous les voûtes de l'église The House of God de Los Angeles, on assistait à un spectacle surprenant: un pasteur noir énorme, Solomon Burke, fait résonner sa voix de silex en chantant Everybody Needs Somebody to Love. Un chœur de gospel et une foule de fidèles lui répondent: "I need you, you, you" !

Le 14 juillet c’est le groupe rock suisse Gotthard et Iggy & The Stooges, avec les frères Ron et Scott Asheton qui enflamment le Stravinski et pour clore cette éditon c’est tout naturellement Deep Purple qui connaissent la formule depuis bientôt 4 décennies. On joue quelques titres du dernier album "Rapture of the Deep" et on enchaîne par les morceaux que tout le public connaît et attend. Car il faut l’admettre, c’est davantage sur les anciennes mélodies que l’on s’éclate que sur les récentes. Le public du Stranvinski a donc eu la chance de se défouler entre autre sur "Strange kind of woman", "Space truckin", "Highway star", "Pictures of home", "Hush", "Lazy, Black Night " et…"Smoke On The Water". Soulignons d’ailleurs que le fameux tube a débuté par une petite intro funky – jazzy qui a ravi plus d’un spectateur. Enfin, n’oublions pas le duo à l’harmonica par MM. Ian Gillian et Claude Nobs. Ce n’était pas forcément un moment inoubliable de musique, mais ça valait le coup d’œil de voir et sentir autant de passion musicale se dégager de ces deux êtres.

Montreux Jazz Festival 2006

2007

Montreux Jazz Festival

C’est au Miles Davis Hall, le vendredi 6 juillet que Claude Nobs a donné rendez-vous aux mélomanes qui ont découvert, sans nul doute, deux des musiciens sénégalais les plus connus du globe. Deux rois sur une même scène, Ismael Lô pour le folk sénégalais et Youssou Ndour pour le Mbalakh. Cela change complètement de style le lendemain au Stravinski ! Après 15 ans de séparation, quatre musiciens (Dio, Iommi, Butler, Appice) du mythique groupe de hard-rock Black Sabbath se réunissent pour une tournée mondiale avec quelques nouveaux enregistrements en main. Leur nom ? Heaven and Hell. Après avoir fait vrombir les ventricules de leurs fans c’est au tour de Motörhead. Un des plus grands groupes de heavy metal depuis les années 70, créateurs du thrash métal. Tatouages et cheveux longs, scénographie gothique, fumées et flammes qui jaillissent de la scène, riffs énervés. Loin de l’ambiance feutrée des clubs de jazz, Motörhead a fait trembler le Stravinski.
Dimanche c’est John Legend, chanteur de R&B qui a réussi a gagner 3 Grammy Awards dont celui du meilleur nouvel artiste et du meilleur album de R&B qui monte sur scène. Deux virtuoses : Gary Burton et Chick Corea. Gary Burton est sans aucun doute un des deux grands joueurs de vibraphone à émerger dans les années 60 (avec Bobby Hutcherson). Sa technique à 4 maillets fait parfois croire que 2 ou 3 personnes jouent en même temps. Chick Corea connaît une grande carrière de jazzman depuis les années 60 déjà et a joué avec les plus grands dont Miles Davis. Pendant ce temps au Stravinski c’est Placebo groupe de rock alternatif qui n’arrête pas de faire parler de lui depuis ses début en 1996. Cinq albums et plusieurs tournées mondiales Placebo continue à garder sa place parmi les meilleurs groupes du moment. Les Beastie Boys "Rappeurs Old School" originaires de New York avec leur mélange de genres allant du punk-rock au funk, mais toujours profondément basé dans le rap ont fait vibrer la salle.

Brad Mehldau le pianiste et Pat Metheny le guitariste ont mis leurs talents en commun le 11 juillet au Miles Davis Hall. Rien qu'avec son Pat Metheny Group, fondé en 1977 avec le pianiste Lyle Mays, il a enregistré treize disques! Et on ne compte pas les duos, les trios ou les autres collaborations avec des pointures telles que Jaco Pastorius, Gary Burton, Chick Corea ou Herbie Hancock. Le 12 juillet c’est George Benson qui est simplement un des meilleurs guitaristes de jazz de l’histoire. Il arrive à jouer presque tous les styles – jazz, R&B, swing – avec une virtuosité incroyable. Al Jarreau et Tori Amos font partie de la soirée ainsi qu’un groupe de rock contemporain originaire des Etats-Unis, Wilco. Le lendemain c’est Living Color. Groupe des quartiers pauvres de New York, mais l’événement c’est le vendredi 13 : Sly and The Family Stone. Groupe américain pratiquant un mélange de funk, soul et rock psychédélique. Actif entre 1965 et 1975 le groupe a eu une influence considérable sur de très nombreux artistes pop de son époque, notamment de par son approche multiraciale, dans une Amérique où musiques blanches et noires étaient encore très cloisonnées. Attendu comme le Messie, Sly Stone a offert vingt-cinq minutes de concert. Presque un record compte tenu de son état de santé. Décati par des décennies opiacées, Sly tente de sauver les apparences, mais on sent bien qu'il ne peut en faire plus. Claude Nobs est du même avis: "Les musiciens ont assuré. En Italie, le jour d'avant, il n'avait fait qu'une chanson, là il en a fait cinq. Je trouve que sa voix est restée la même. Par contre, le corps ne suit plus, c'est évident". Place au Brésil le 14 avec notamment Alceu Valença. Le 15 juillet Jeff Beck. Incontournable guitariste britannique ayant marqué une époque, Jeff Beck entame sa carrière aux côtés de légendes telles que Jimmy Page, Rod Steward ou encore Carmine Appice. Pionnier de la distorsion, gagnant de 4 Grammys pour meilleure performance instrumentale rock, ce musicien aux tendances solitaires confirma sa place dans l’histoire du rock de par son talent et sa facilité à combiner heavy metal et jazz fusion en un clin d’œil. N’oublions pas Vinnie Colaiuta ce même soir. Batteur extraordinaire pendant longtemps musicien de Frank Zappa. Le 16 juillet le kid de Minneapolis Prince a galvanisé 4500 fans. Concert surprise annoncé il y a moins d’une semaine les billets se sont arrachés en moins d’une heure. L'artiste a présenté un concert tellurique, efficace et inspiré, confirmant sa réputation de musicien et de showman. Le concert a commencé vers 21h45, avec 45 minutes de retard. Après une demi-heure aux rythmes jazzy, l'ambiance est devenue survoltée, nettement plus funk. Prince a malheureusement refusé toute prise de vue et enregistrement de sa prestation. Surprise de taille, vers 3h, Prince est réapparu au Montreux Jazz Café, où ses musiciens se produisaient, le temps de deux chansons. Les photographes n'ont, bien entendu, pas manqué l'occasion. Le 17 juillet, la fille du célèbre joueur de sitar Ravi Shankar, Norah Jones, envoûte l’Auditorium Stravinsky.

Le lendemain c’est Van Morrison et Candy Dulfer qui enflamment la salle tandis que le Miles Davis accueille un des plus grands groupes de rap américain du milieu des années ’90. Originaire de New York c’est Wu-Tang Clan. B-52’s est un groupe de rock/pop américain apparu dans la vague de la musique New Wave au début des années 80 et ils n’auront aucune peine à amadouer le public nombreux. Les Pet Shop Boys, Booker T & the MG’s ou encore Dr. John ou Solomon Burke se succèdent et la dernière soirée se terminera avec Seal, Jimmy Cliff et Candy Dulfer. Sans oublier la scène extérieure "Under the Sky" avec ses nombreux groupes. Un petit clin d’œil particulier à l’excellent coverband de Queen "Dios Salve a la Reina" d’Argentine jouant le 21 juillet, dernière soirée du Festival, sous une pluie continuelle ce qui n’a pas empêché ses nombreux fans d’êtres présents.

Montreux Jazz Festival 2007

2008

Montreux Jazz Festival

Du 4 au 19 juillet 2008, la 42ème édition de ce Festival - qui durait à peine trois jours l’année de sa création, en 1967 et qui à l’époque était dédié exclusivement au Jazz - est devenu un gigantesque spectacle international. Pendant 16 jour, les oreilles sont à la fête avec des musiciens du monde entier, nouveaux venus ou artistes de légende. Il y a bien longtemps que le Jazz n’est plus seul à l’honneur. Toutes les tendances musicales sont représentées et assurent une grande diversité.

Comme chaque année, le Miles Davis Hall et l’Auditorium Stravinski ont accueilli des stars, et plus de 300 concerts gratuits d’artistes de toutes disciplines ont été organisés quotidiennement sur plusieurs scènes, à partir de midi et jusque tard dans la nuit. Le "Festival Off" comprend également des croisières musicales très appréciées (Samba, Salsa, Gospel et Dance) qui entraînent les visiteurs à faire la fête sur le lac.

Cela commence très fort au Stravinski Hall avec une artiste talentueuse et complète, l’inclassable Erykah Badu qui a révolutionné le Hip-Hop dès la sortie de son premier album, Baduizm en 1997. Claude Nobs a rappelé qu'Erykah Badu avait été la dernière artiste à se produire au Casino en 2000, tandis qu'elle ouvre le Festival en 2008. Suivront sur scène N.E.R.D., groupe formé des deux prolifiques producteurs Chad Hugo et Pharrell Williams, auxquels vient s’ajouter Shay. Ils se lancent dans un nouveau projet mêlant Hip-Hop et live Funk-Rock. Un alter ego sans compromis qui ne suit aucune règle et n’adhère à aucun programme.

Le lendemain, dans la salle Stravinski, c'est une des Rockeuse les plus populaires des années 90’, Sheryl Crow, qui revient à Montreux, 12 ans après son dernier concert. Elle partage la soirée avec Joe Jackson qui, malgré son image de rocker new-wave soigné, ne s’est jamais autorisé à s’enfermer dans un genre musical. Il fut accompagné par Graham Maby à la basse et Derek Houghton à la batterie. Dans la salle du Miles Davis, ce ne sont pas moins de 9 groupes de Reggae qui se succèdent sur scène, dont Michael Rose and the Dubline Band, Chezidek, Prince Alla, Earl 16, Sylford Walker etc. Surprise au Stravinski avec la chanteuse canadienne k.d. lang et Joan Baez, fidèle à elle même et qui revient à Montreux après plusieurs années. Petite surprise avec l’apparition de 6 musiciens ghanéens et leurs instruments traditionnels sur la scène du Strav, après le concert de Joan Baez : Claude Nobs les avait repéré dans la rue et tout simplement embarqués sur scène, à la plus grande joie des spectateurs présents ! Le lendemain, place au Blues avec Otis Taylor, Buddy Guy, Gary Moore et John Mayall et ses Bluesbreakers.

Leonard Cohen, 73 ans, le poète à la guitare, auteur de "Suzanne", n’était plus apparu sur scène depuis 15 ans. Star de l’édition 2008 du Montreux Jazz Festival, il a conquis tout le public présent, tandis que le groupe de ska anglais Madness offrait au nombreux public du Miles Davis un show décoiffant. Le 9 juillet, c'est le magnifique Paul Simon qui, coiffé d'un borsalino, s'excuse du retard par un salut bouddhiste, empoigne sa guitare et démarre son set devant une salle comble et conquise d'avance à l'écoute de Mrs Robinson ou Slip Slidin'Away, par exemple. Le 10 juillet, c'est les écossais Travis et le lendemain Roberta Flack qui fait partie de l’Histoire, de la musique comme celle de Montreux. Son premier concert au Festival remonte en 1968 et a marqué le début d’une carrière formidable. Elle reviendra à Montreux en 1970, pour la Rose d'Or, puis en 1971, partageant l’affiche avec une autre grande voix : Aretha Franklin. L’un des saxophonistes Pop et R&B les plus influents des 20 dernières années revient à Montreux. Il 'agit de David Sanborn, qui a collaboré avec Paul Butterfield, Gil Evans, Stevie Wonder, David Bowie ou les Brecker Brothers, mais également joué avec les plus grands du Blues (comme Albert King). La nuit se termine avec Tower of Power groupe de Jazz-Funk américain mythique, composé de redoutables requins de studio, dont une des meilleures sections de cuivres au monde. Toujours présents après 40 ans et toujours aussi contemporains, ils mélangent le Jazz, le Funk, le Rock et la Soul d’une manière unique. Sting a même déclaré avoir fait partie d’un "clone" de Tower of Power avant de former The Police. Relevons la présence de Richard Galliano au Miles Davis. Galliano est simplement le plus grand accordéoniste de Jazz actuel au niveau mondial. Le 13 juillet, Herbie Hancock monument du clavier Jazz, débarque avec des musiciens de choix comme Dave Holland, Lionel Loueke et Chris Potter, Chaka Khan partage l'affiche avec Rahsaan Patterson et Ledisi, artiste américaine de Soul et R&B originaire de Nouvelle Orléans, qui débute en musique à l'âge de 8 ans, tandis qu'au Miles, c'est le Brésil qui est à l’honneur avec Joao Bosco et le poête Milton Nascimento et le trio Jobim. Le lendemain est une soirée événement. Le Festival avait programmé un concert de gala pour les 75 ans du producteur américain de génie Quincy Jones. Plus de 20 artistes de renom ont chanté des titres composés ou arrangés par le musicien/producteur : Billy Cobham, Herbie Hancock, Al Jarreau, Petula Clark, Angélique Kidjo, James Moody, Naturally 7, Lee Ritenour, Joe Sample, Larry Williams ou encore Nana Mouskouri étaient de la partie. Seuls 2’800 chanceux ont pu assister à cette soirée exceptionnelle que Claude Nobs avait préparée depuis des mois.

Dans l'autre salle, le Miles Davis, c'est le Hard Rock pur avec le groupe écossais Nazareth qui fête ses 40 ans d'existence et Saxon, formé en 1977 en Angleterre. Le 16 juillet, c'est les Crusaders à l'Auditorium Stravinski, emmenés par le pianiste Joe Sample. Leurs premiers albums datent des années 60. Durant toute la décennie, le groupe était une attraction populaire, mixant au R&B des éléments de Soul Memphis et des sonorités hard bop. Nils Landgren, l’homme au trombone rouge, auteur d’un nombre d’albums à succès, partageait la scène avec les Crusaders, puis offrit une solide performance de musique Funk avec ses musiciens de la "Funk Unit". La soirée s'est achevée avec Mick Hucknall, l’illustre chanteur de Simply Red, qui se lance dans un projet solo. Ce concert fut un hommage à Bobby ‘Blue’ Bland "Il est l’un des vocalistes qui a influencé mon style musical bien avant que je ne devienne un esclave du succès". Hucknall reprend avec talent ses chansons, principalement du Blues, qu’il interprète à sa manière. Pendant ce temps les anglais de Babyshambles, groupe de Rock chaotique et poétique fondé en 2003 par Pete Doherty, ancien membre des Libertines, font salle comble au Miles Davis. Lenny Kravitz, c'était le 16 juillet. Auteur interprète d’envergure mondiale, ses inspirations Rock, Soul, Funk, Reggae ou Folk, influencé par Prince, Bob Marley ou Jimi Hendrix, lui ont permis de vendre plus de 30 millions d’albums. Alicia Keys le lendemain, gagnante de neuf Grammy Awards, était de retour à Montreux pour un concert de 90 minutes, mélangeant anciennes chansons et des titres de son 3ème album : As I Am. Elle avait déjà séduit l’audience de l’Auditorium Stavinski avec sa voix de diva Soul et son talent musical incontestable lors de son concert mémorable en 2004. Le 18 juillet, c'est Marcus Miller, qui depuis plus de 30 ans, au fil de sa carrière, est devenu un musicien de référence. Il se distingue par une grande habileté dans des techniques complexes comme le Slap et le Tapping, et remet au gout du jour la basse frettée délaissée par des bassistes comme Jaco Pastorius. Miller a collaboré à plus de 500 albums, enregistrant avec des artistes tels que Sinatra, Elton John, Jean Michel Jarre, Bryan Ferry, Bee Gees, etc. C’est sa collaboration avec Miles Davis, entre 1980 et 1990, qui lui a valu la notoriété, pour son style incisif et sa virtuosité. "Miles est à mon avis le plus grand musicien de notre époque parce qu’il parvenait à combiner l’art et la Soul. Quel que soit le degré d’exigence artistique de ses musiques, le public restait branché. Il pouvait aller vers l’abstrait sans perdre la dimension humaine". Marcus Miller aura une influence non négligeable sur l’univers du célèbre trompettiste à cette époque, puisqu’il tiendra le rôle de directeur musical de son groupe.

Le 18 juillet, c'est le come-back événementiel des pionniers du Jazz Fusion : Return to Forever. Vingt quatre ans après leur séparation le quatuor américain formé des géniaux Chick Corea, Stanley Clarke, Al DiMeola et Lenny White ont fait escale au Stravinski. Et comme pour clore en beauté cette 42ème édition, la venue de Deep Purple, vraie institution de la communauté du hard Rock Britannique, né à Hertford, Angleterre, en 1968. Mondialement connu, le morceau "Smoke on the Water" composé suite à l’incendie qui a ravagé le casino de Montreux lors d’un concert de Frank Zappa, en 1971, donne au groupe son statut mythique dans l’histoire du Rock. Steve Morse (ancien de Dixie Dregs) remplace Richie Blackmore depuis de nombreuses années.

Cette édition a clôturé avec des chiffres positifs et plus de 87'000 billets vendus et l'une des plus belles fréquentations de l'histoire. Plus de 330 groupes se sont produits sur les différentes scènes, dont 209 sur les scènes gratuites, laissant ainsi les visiteurs profiter pleinement de tous les espaces du Festival.

Montreux Jazz Festival 2008

2009

Montreux Jazz Festival

Le 43ème Montreux Jazz Festival a eu lieu du 3 au 18 juillet et avec lui toute une panoplie de concerts gratuits durant toute la période. Entre les workshops, les concerts du Jazz Café, ceux du Parc Vernex ou le clubbing, le festivalier n’a eu que l’embarras du choix.

"Seize jours, 1’000 musiciens, plus de 1’000 heures de musique" résume le slogan d'un programme copieux et éclectique. Les deux scènes principales accueillirent quelque 90 concerts, dont 60 en exclusivité suisse, quasi le double de l'édition précédente. Il y eut notamment Steely Dan, Dave Matthews et Mos Def, Black Eyed Peas, Lily Allen, Alice Cooper, Die Ärzte, Herbie Hancock & Lang Lang, Lauryn Hill, Grace Jones, Donna Summer, Grace Jones, McCoy Tyner, B.B. King et Prince.

"Avec les conditions économiques difficiles et face à la concurrence accrue d'autres Festivals, nous ne voulions pas jouer les marchands de tapis et marchander les cachets", explique Claude Nobs. "Cela nous a obligés à miser sur les exclusivités".

Des habitués de Montreux se sont également produits en exclusivité suisse : David Sanborn et Steve Winwood ont partagé l'affiche le 9 juillet, Monty Alexander et Angélique Kidjo le 10, B.B. King s’est produit le 12, George Benson, Rachelle Ferrell, George Duke et Lee Ritenour le 13, et Solomon Burke a chanté le 14. La première mondiale d'un concert associant le pianiste de Jazz Herbie Hancock et le pianiste classique Lang Lang a constitué un des événements majeurs de cette édition. Le duo fut accompagné par l'Orchestre national de Lyon, le 5 juillet.

Pour son ouverture, le 3 juillet, le Festival s’est offert une nuit latino aux rythmes cubains avec, en particulier, Oscar D'Leon et les musiciens du "New York Salsa All Stars". Le lundi 6 juillet SMV, un super-groupe composé de la crème de la crème du Jazz fusion : Marcus Miller, Stanley Clarke et Victor Wooten qui mêlent le son de leurs trois basses pour créer une harmonie de sons et de rythmes tout à fait étonnants.

Trois soirées ont fêté Chris Blackwell, créateur il y a 50 ans du label Island qui a permis l'expansion du reggae dans le monde. Celle du 13 juillet a vu se succéder Kenny "Babyface" Edmonds et Marianne Faithfull. Le programme n'a pas oublié le Jazz puisqu’il a inscrit par exemple les concerts du pianiste et chanteur Jamie Cullum le 7, le trio de McCoy Tyner avec comme invité l’excellent guitariste Bill Frisell et Gary Bartz le 14 au Miles Davis Hall pendant que dans le Stravinsky Salomon Burke monte sur scène. Ce pionnier du R&B, avec plus de 50 ans de carrière et qui a définitivement marqué l'Histoire de la musique est un des plus grand chanteur de soul de tous les temps. Le 16 juillet le groupe de rock mythique Status Quo enflamme le Stravinsky. Ce groupe existe depuis 1962, dominant les charts avec plus de 60 tubes au Royaume-Uni, plus que n'importe quel groupe de rock de l'histoire. Ils étaient de retour à Montreux après leur concert de 2004 qui s'était joué à guichet fermé. Même soir : John Fogerty, légende du rock, s'est fait un nom comme leader de Creedance Clearwater Revival. Le lendemain c’est Jeff Beck l’un des plus grands guitaristes de l’histoire du rock qui se produit au Miles Davis Hall. Claude Nobs a réussi une brillante opération en annonçant la venue surprise de Prince le dernier jour du Festival. Deux représentations à 19h00 et à 23h00. Les quelque 7000 billets mis en vente pour les deux concerts ont trouvé preneur en 7 minutes et 58 secondes. L'Américain avait déjà enflammé 4500 personnes en 2007.

Pour la première fois, aucune soirée brésilienne n'était prévue dans les deux salles. En revanche, le site extérieur du Festival a vibré d'animations musicales brésiliennes le samedi 11.
Les prix s'échelonnèrent entre CHF 80.-- et 300.—(480.—pour le concert de Prince le 18) pour les concerts à l'Auditorium Stravinski et entre CHF 65 et 180 pour ceux du Miles Davis Hall. Une fourchette similaire à celle de l'édition 2008.

Maintes animations ont complété ce menu, dont les croisières musicales en bateau et les multiples concerts gratuits. La billetterie a mis en vente 95 000 billets et les organisateurs disposèrent d'un budget de 18 millions de francs.

Montreux Jazz Festival 2009

2010

Montreux Jazz Festival

Du 2 au 17 juillet 2010 C’est Phil Collins qui ouvre les feux de cette 44ème édition, le 1er juillet, avec un concert hors festival exclusif intitulé "Up Close & Personal: Phil Collins Plays 60's Motown & Soul".

Le subtil batteur du groupe de prog-rock Genesis nous offre un voyage musical dans le temps: son interprétation des plus grands tubes de R&B, soul et pop des années 60 passe en revue les grands classiques inoubliables du label Motown. Le lendemain, c’est Roxy Music, groupe mythique des années 70, prédécesseurs du punk et du glam rock qui monte sur scène au Stravinski dans sa formation originale, mais sans Eno. Grande surprise avec entrée en scène de Billy Cobham et John McLaughlin, deux disciples de Miles Davis et brillants musiciens, pour une démonstration de leurs talents. En même temps, dans le Miles Davis Hall, Beach House cède la place à Air, duo électronique français formé par Jean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin avec cinq albums à leur palmarès.

Le 3 juillet c’est Norah Jones qui prend possession de l’Auditorium Stravinski avec son quatrième album studio, "The Fall", Norah Jones n’a pas manqué d’ajouter le célèbre festival montreusien à sa tournée. Elle déclare d’ailleurs, durant son concert, que Montreux était "one of the most beautiful cities ever. It’s so beautiful, i wish I could live here sometimes when i’m stressed out". (traduction : "une des plus belles villes. Elle est tellement belle que j’aimerais vivre ici quand je suis stressée". Après avoir fait une apparition surprise aux côtés de Willy Mason qui se charge de la première partie, la chanteuse donne le coup d’envoi d’une soirée placée sous le signe du jazz, du folk et de la country. Tantôt à la guitare, tantôt au piano, Norah Jones envoûte le public avec un répertoire constitué en majorité de ses nouvelles compositions, sans toutefois oublier ses classiques. Pendant ce temps, deux groupes qui cartonnent, les Black Box Revelation et les terribles Dead Weather, font vibrer le Miles Davis Hall avec du rock - mais pas n’importe quel rock, un rock garage, noisy à souhait et décadent. Considéré comme l’un des meilleurs guitaristes au monde, Jack White avait sa place au sein du groupe The Dead Weather en tant que batteur. Avec Alison Mosshart, (The Kills) pour chanteuse, et le génie White, pas de doute, le groupe a tout explosé. Changement de registre le lendemain au Stravinski Jessye Norman, pour la première fois à Montreux, qui a commencé à chanter le Gospel à l'âge de quatre ans dans une église baptiste. Elle est l'une des chanteuses d'opéra contemporaines les plus admirées. Présentée sur scène par Claude Nobs & Quincy Jones, elle apparaît toute de noir vêtue, avec un bandeau rouge orange dans sa chevelure abondante. Quelle voix et quelle présence sur scène! Avec cinq musiciens, le concert débute par un Negro Spiritual et Jessye Norman rappelle au public que cette catégorie de chants est à l'origine du Jazz, du Hip Hop, de LR&B ….. de tout, quoi! Que ce soit en allemand avec « Mac The Knife » ou avec la chanson française: "Les chemins de l'amour" de Francis Poulenc et "J'ai deux amours, mon pays et Paris" elle est brillante dans tous les répertoires et offre au public surpris l'air de l'opéra de Bizet, Carmen: "L'amour est enfant de Bohème". Dans la deuxième partie de son concert, les classiques du Jazz (Gerswhin et autres) sont interprétés avec maestria.

Le 6 juillet, c’est du rock avec Billy Idol, seul rescapé de Generation X, son groupe de punk rock britannique qu'il fonde dans les 70 puis Gary Moore qui monte le son avec son rock et blues endiablés. Dans la salle Miles Davis c’est l’émeute. Prince est venu assister au concert de Janelle Monae, la nouvelle diva de la soul américaine. "Il est arrivé à 17.30 à Genève avec un seul accompagnant et a rallié Montreux une heure après", a dit un membre proche de l’organisation. Habillé sobrement (tunique forcément pourpre et pantalon mauve), Prince s’est ensuite rendu au Montreux Jazz Café, où il avait lui-même joué il y a trois ans. Notons au passage que Prince vient de sortir un nouvel opus, intitulé "20Ten". Parmi les dix titres que contient ce disque se trouve "Lavaux", une chanson qui, comme son nom l’indique, vante les mérites de la région viticole vaudoise. Ce nouvel album de Prince a de nouveau été distribué sans passer par le réseau standard. Samedi, 10 juillet, il a été offert avec les quotidiens britanniques "Daily Mirror" et "Daily Record" ainsi qu’encarté dans "Het Nieuwsblad" et "De Gentenaar" de Belgique. Le 22 juillet, il a été joint au "Rolling Stones" allemand et au «Courrier International» en France. Combinant soul, groove, funk et folk acoustique, le chanteur compositeur Ben Harper est présent sur scène le 7 juillet, tandis qu’au Miles Davis, on prépare le plateau pour la venue de Pat Metheney, guitariste et compositeur mondialement connu qui a montré sa passion, sa fidélité au rock et son amour du jazz. Il s’est produit avec Lyle Mays, entre autres. Changement de registre le lendemain avec Massive Attack, pionniers du mouvement hip-hop et qui sont parmi les groupes les plus novateurs et les plus influents de leur génération. Paco de Lucia joue de la guitare flamenco. Il a fait d’un instrument marginal un phénomène mondial en introduisant le tambour cajun, la basse et les percussions pour le plus grand bonheur de ses fans au Miles Davis.

Le 9 juillet, une énergie tout africaine met l’Auditorium Stravinski en ébullition. L’hommage à Miriam Makeba d’Angélique Kidjo réunit les plus grandes vedettes musicales africaines du moment, dont Youssou N'Dour qui vient d'avoir 50 ans. Vanessa Paradis a entamé sa carrière en 1987 à l'âge de 14 ans. Pour sa première à Montreux, elle vient présenter ses morceaux en acoustique. Toute seule, ou presque. Huit musiciens viennent bercer les auditeurs de l’auditorium Stravinski. Vanessa Paradis électrise le Montreux Jazz Festival. Le Keith Jarrett trio a foulé les planches de l'ancien Casino de Montreux en 1967, lors de la première édition du Festival! On touche au plus haut niveau de la musique avec ces musiciens, référence d'excellence dans le jazz, non seulement d'un point de vue musical, mais aussi dans l'art de l'improvisation. Keith Jarrett, pianiste américain, ancien compagnon de scène de Miles Davis, est accompagné - comme en 1967 - par Gary Peacock (basse) et Jack De Johnette (batterie). Brillant concert ce dimanche 11 juillet! Le soir du lundi 12 juillet 2010, le Swiss Army Big Band, dirigé par Pepe Lienhard, partage pour la deuxième fois, avec des stars internationales, l’affiche du Montreux Jazz Festival. Ils accompagnent Marc Sway, Kirsty (l’épouse d’Ernesto Bertarelli), Seven, ou encore Petula Clark qui s’était produite sur scène, à Montreux, en 1964, avec un certain groupe rock du nom de… Rolling Stones! Pendant ce temps, Chick Corea se produit au Miles Davis Hall avec Kenny Garrett, Roy Haynes et Christian McBride et son Freedom Band pour distiller du jazz pur. Diana Krall investit l’Auditorium Stravinski plein à craquer pour une heure et quart de jazz. Plus tard dans la soirée c’est son mari, Elvis Costello, accompagné des Sugarcanes, qui assure la fin de la soirée. Au vu de la programmation éclectique et de la qualité qu’offre le Montreux Jazz Festival, on a parfois tendance à oublier que le thème de ce festival est avant tout le jazz, et Diana Krall rappelle ce "détail". Grande, belle et d’apparence assez froide, la canadienne entre sur scène, accompagnée d’une guitariste, d’une contrebassiste et d’un batteur. Les quatre musiciens offerent un concert d’une très grande qualité. On ne présente plus Buddy Guy, celui qui fut, dès la fin des années 50, un des représentants les plus flamboyant du style West Side de Chicago. Ayant profondément influencé des géants du rock telles que Jimi Hendrix ou Eric Clapton, il fait partie des très grands de l'histoire de la musique. A Montreux c’est un déluge de notes qui jaillit de sa bonne vieille Fender crème. Pas besoin de tour de chauffe, Buddy Guy, le bon génie électrique des nuits de Chicago, est déjà en transe. Défiguré par l’extase, il se lance dans un solo vaudou, "hendrixien" renversant. Derrière, l’orchestre peine à suivre, mais ça n’est pas grave: le bluesman légendaire assure seul le spectacle, cognant à la porte du paradis pour une foule qui n’attend que cela. Ensuite c’est au tour de Joe Bonamassa, originaire d'Utica, NY, qui jouait du blues avant même de savoir conduire une voiture. Découvrant la musique de Stevie Ray Vaughan dès l'âge de quatre ans, il a immédiatement été fasciné par l'énergie incroyable dégagée par ce musicien. A huit ans, il a fait les premières parties de concert de B.B. King, et à l'âge de 12 ans, il jouait régulièrement à New York. Cette année, Mick Hucknall célèbre 25 ans de service ininterrompu avec le groupe qu'il a fondé: Simply Red. Groupe influencé par des genres aussi divers que la pop, le rock, le jazz, le reggae et la blue-eyed soul, ils a connu de nombreux succès et c’est devant une salle Stravinski comble et un public conquis d’avance que Mick Hucknall se produit. Pendant ce temps, Sophie Hunger, la jeune chanteuse suisse alémanique, déploye ses ailes pour la deuxième fois au Montreux Jazz Festival, devant une salle fascinée. Une Sophie Hunger beaucoup plus lumineuse que ses albums ne le laissent présager…

Le 15 juillet est certainement l’événement du Festival : Mark Knopfler, chanteur et guitariste de génie, compositeur et interprète, qui a sorti six disques en solo depuis la séparation du groupe mythique Dire Straits en 1995. A bientôt 62 ans, il continue de manier sa Fender Stratocaster comme un dieu du swing et de composer de tendres ballades rock-blues à la saveur incomparable. Son concert est un mélange de son dernier album, "Get Lucky", sorti en septembre 2009, et de compositions de Dire Straits. Il n’a aucune peine à enflammer l’Auditorium Stravinski plein à craquer. Le lendemain c’est l’événement "Quincy Jones And The Global Gumbo All-Stars" qui foule la scène du Stravinski. C’est Quincy en personne qui dirige en exclusivité pour le Montreux Jazz Festival un super groupe de musiciens divers avant que n’arrive sur scène le virtuose des claviers, Herbie Hancock. Accompagné de musiciens de haut vol, l’artiste revient pour la 26ème fois sur la scène de Montreux. La magie du jazz opère pleinement avec son "Imagine Project" et quelques musiciens de très haut niveau (Vinnie Colaiuta à la batterie, ex Frank Zappa, McLaughlin, Jeff Beck etc, ou encore Tal Wilkenfeld, une fougueuse bassiste de 24 ans au talent à couper le souffle). Pour le dernier soir du festival, c’est elle qui chante mais c’est lui la star. Déclenchant une effervescence rare, Roman Polanski est venu assister au concert de sa femme, Emmanuelle Seigner. Invité de dernière minute, il y a fait sa première apparition publique depuis son assignation à résidence à Gstaad. Accompagnée de trois musiciens, l'actrice et chanteuse de 44 ans joue devant près de 2000 personnes et pendant une heure des titres rock de son dernier album, "Dingue", ainsi que quelques reprises. Roman Polanski assiste au concert dans les loges du premier étage, à l'abri de la presse. Le Festival de Montreux a encore démontré cette année sa spécificité. Ce n’est décidément pas un rendez-vous de plus dans la valse des manifestations musicales. Grâce à lui, Prince écrit une chanson sur Lavaux. Phil Collins en a ouvert les feux avec son hommage soul à la Motown. Les artistes les plus en vue de l’année écoulée y ont donné un concert: The Dead Weather, Charlotte Gainsbourg, Keith Jarrett, Vanessa Paradis… Et les anciennes étoiles, comme Roxy Music, Mark Knopfler, Billy Idol ou Simply Red, y ravivent volontiers la nostalgie.

Voilà pour les fastes d’une édition 2010 qui, côté chiffres bruts, annonce un taux de remplissage de ses concerts de 85%, avec 14 soirées complètes sur 17 pour l’Auditorium Stravinski, contre seulement 9 pour sa petite sœur, le Miles Davis Hall. Comme les années précédentes, les festivaliers ont pu se régaler jusqu'au petit matin de concerts gratuits. Ces derniers constituent tout de même deux tiers de l'offre du MJF, a rappelé Claude Nobs. Le festival attire environ 100'000 spectateurs payants et 130'000 non payants, a-t-il noté.

Montreux Jazz Festival 2010

2011

Montreux Jazz Festival

Du 1er au 16 juillet 2011 Le vendredi 1er juillet, la 45ème édition du Montreux Jazz Festival est lancée. A cette occasion, l’Auditorium Stravinski accueille Carlos Santana et John McLaughlin pour un concert unique en son genre. Ce concert était l’occasion pour les deux musiciens de fêter un peu en avance les 40 ans de leur albums "Love, Devotion, Surrender" qui est sorti en 1973. Durant près de deux heures, Santana et McLaughlin ont revisité cet album dans une humeur festive et philosophe. Pendant ce temps Jimmy Cliff, la légende du reggae, embrasait le Miles Davis Hall. Le lendemain c’est le Roi du Blues qui a régné en monarque au Miles Davis Hall. A l'âge de 85 ans, B.B. King est aussi vivant que sa musique et chante toujours le Blues avec une passion implacable. Cette année, il a joué pour la 20ème fois au Montreux Jazz Festival. Pendant ce temps Santana revisitait ses hits au Stravinski pour le plus grand bonheur des fans. Dimanche 3 juillet un nombre impressionnant d’artistes ont partagé la scène avec B.B. King dont Santana, McLaughlin, Derek Trucks etc

Le 4 juillet, l’Auditorium Stravinski a invité le mélange de genre. Jazz, funk, gospel, pop ou blues. Lee Ritenour, guitariste jazz aimant mêler les genres accompagné par Dave Grusin entre autre, George Benson célèbre interprète de « Give me the Night » et Robert Randolph and the Family Band sont à l’affiche du premier lundi du festival. Le lendemain c’est le "Gala Night" avec George Benson, Randy Crawford, Dave Grusin, Dr. John, Lee Ritenour, Leon Russell et David Sanborn et une solide section rythmique qui comprend Joe Sample entre autre. Mercredi 6 juillet place à Ricky Martin, beau garçon latin qui a vécu sa vie entière par le désir d’autrui. Dix fois Ricky change de vêtement. Si bien qu’il est souvent absent et doit envoyer sur scène des danseuses en résille et fouet. Au même moment nuit fébrile au Miles Davis Hall, avec un musicien phénoménal venu de la Nouvelle-Orléans. Trombone Shorty a 25 ans. Il est né Troy Andrews. Avant même de marcher, il soufflait dans un cuivre à coulisse et chantait des hymnes paillards au retour des enterrements. Le lendemain c’est Andreas Vollenweider musicien dans l'âme, pionnier et compositeur. Il est l’un des instrumentalistes les plus performants au monde, et sa musique est unique en son genre. Sa marque de fabrique, la harpe électro-acoustique qu'il a conçu lui-même et peaufine sans cesse, le rend incomparable. Il a fait sa première apparition au Montreux Jazz il y a exactement 30 ans. Le 8 juillet Ziggy Marley, digne fils de la Légende du Reggae monte sur scène avant Youssou Ndour qui culmine depuis les années 80 au sommet des charts afro-pop. Il conserve en toute légitimité son statut de star nationale et n'a jamais considéré qu'habiter Dakar serait un obstacle à sa conquête du monde. Soirée Brésilienne le samedi 9 juillet avec Maria Rita (fille de Elis Regina), Ana Carolina et Maria Gadu.

Le 10 juillet Natalie Cole, fille de Nat King Cole, envoûte les auditeurs du Miles Davis Hall avec ses chansons R&B, Jazz ou soul. Sting fut la vedette de cette 45ème édition. Affichant complet quelques heures après l’annonce de ce concert, le chanteur britannique s’est produit le 11 juillet dans le cadre de sa tournée mondiale "Symphonicity". Il a été accompagné par un orchestre symphonique dirigé par Sarah Hicks. L'ancien leader de Police, qui était venu pour la dernière fois dans la ville vaudoise en 2006 a interprété plusieurs de ses tubes pour le plus grand bonheur d’une salle comble. Pendant ce temps Erik Truffaz et son quartet ont saupoudré le Miles Davis Hall d’un halo de musique. Il a partagé la scène avec Sophie Hunger et Sly Johnson. Durant une heure trente, la trompette d’Erik Truffaz a bercé les mélomanes, les emportant aux extrêmes de la sonorité. Une soirée magique.

Mardi 12 juillet c’est Asa, chanteuse originaire du Nigéria qui ouvre la soirée puis Seal qui revient à Montreux pour la 4ème fois offrant à ses fans le large registre de sa musique soul, pop ou rock. Au Miles Davis Hall c’est Return to Forever line up de rêve! Depuis quatre décennies, trois hommes : le pianiste Chick Corea, le bassiste Stanley Clarke et le batteur Lenny White repoussent la frontière "jazz-rock fusion" plus que n'importe quels autres musiciens en redéfinissant le genre. Chacun est à lui seul une force de la nature, et ensemble ils représentent le noyau d'une formation devenue une légende : Return to Forever, groupe à la fois populaire et mythique et sans doute le plus abouti de tous les groupes électrique-jazzfusion. Ils étaient accompagnés de Jean-Luc Ponty et Frank Gambale.

Le 13 juillet un fabuleux hommage à Miles Davis. Sous l’impulsion du bassiste Marcus Miller, simplement impérial, qui a réuni le pianiste Herbie Hancock et le saxophoniste Wayne Shorter sur scène et ils ont offert avec le trompettiste Sean Jones et le très efficace batteur Sean Rickman la crème du jazz pour un hommage doux et admiratif. Lors de la première répétition pour la préparation de cet hommage, les musiciens n’ont fait que discuter, se raconter quelle était leur relation avec Miles et ce qu’il représentait pour eux. Ne pas jouer simplement les titres de Miles – il aurait détesté cela – mais jouer comme si on se trouvait devant un film de sa vie. Ne pas regarder en arrière – Miles aurait aussi détesté cela – mais aller de l’avant, regarder le futur, comme le faisait le trompettiste. L’esprit de Miles Davis planant tout autour de nous. Après une première partie qui a duré une heure, les musiciens ont passé le film de l’enfance de la vie de Miles Davis. Le jazz fut doux mais compliqué, bluffant mais parfois difficile à saisir. A l’image de la musique de l’artiste, "A Tribute to Miles Davis" fut un voyage à travers l’histoire du jazz.

Le 14 juillet, la soirée fut réservée pour le compositeur et l'icône de la pop Paul Simon. Il a présenté huit musiciens sur scène. Le chanteur américain Paul Simon est connu pour sa collaboration avec Arthur Garfunkel comme un des membres du duo folk Simon & Garfunkel qui ont enregistré plusieurs albums importants entre 1964 et 1970. Mélodies ciselées et bien connues ont fait parties de cette soirée. Ceci dans une salle Stravinski pleine à craquer. Pas besoin de présenter Liza Minelli, la célèbre chanteuse, danseuse et actrice d'Hollywood. Elle a été honorée le 15 juillet sur la scène du Miles Davis Hall pour une soirée inoubliable! Pour clore la 45ème édition du Festival de Jazz de Montreux, l'Auditorium Stravinski a invité les membres du groupe britannique, considérés comme les pères fondateurs du hard rock, Deep Purple. C'est l'un des groupes qui est entré dans l'histoire du Festival de Jazz de Montreux. Ils ont fait un come back cette année pour la sixième fois. A cette occasion, ils ont été entourés par un orchestre symphonique et ils ont revisité leurs plus grands hits. Nous sommes désolés, mais nous n’arrivons pas à mentionner ici tous les musiciens qui se sont produits cette année. Pour tous les détails nous vous invitons à visiter le site du Montreux Jazz Festival, dans lequel vous trouverez le programme complet.

Montreux Jazz Festival 2011

2012

Montreux Jazz Festival

Le programme détaillé du Montreux Jazz Festival 2012 est ici :

https://www.montreuxjazz.com/festival-2012

Montreux Jazz Festival 2012

2013

Montreux Jazz Festival

Le programme détaillé du Montreux Jazz Festival 2013 est ici :

https://www.montreuxjazz.com/festival-2013

Montreux Jazz Festival 2013

2014

Montreux Jazz Festival

Le programme détaillé du Montreux Jazz Festival 2014 est ici :

https://www.montreuxjazz.com/festival-2014

Montreux Jazz Festival 2014

2015

Montreux Jazz Festival

Le programme détaillé du Montreux Jazz Festival 2015 est ici :

https://www.montreuxjazz.com/festival-2015

Montreux Jazz Festival 2015

2016

Montreux Jazz Festival

Le programme détaillé du Montreux Jazz Festival 2016 est ici :

https://www.montreuxjazz.com/festival-2016

Montreux Jazz Festival 2016

2017

Montreux Jazz Festival

Le programme détaillé du Montreux Jazz Festival 2017 est ici :

https://www.montreuxjazz.com/festival-2017

Montreux Jazz Festival 2017

2018

Montreux Jazz Festival

Le programme détaillé du Montreux Jazz Festival 2018 est ici :

https://www.montreuxjazz.com/festival-2018

Montreux Jazz Festival 2018

Le Festival de Jazz de Montreux est sans aucun doute le festival le plus connu au monde.

Créé en 1967 par Claude Nobs, passionné de jazz et grand rêveur devant l'éternel, il ne durait pour sa première édition que 3 jours et ne se faisait produire pratiquement que des musiciens de jazz. Découvrez comment le Montreux Jazz Festival a été crée en consultant notre page dédiée à l'histoire musicale de la ville de Montreux dans les années 1960 à 1968.

Dans les années 1970, le Festival a commencé à s’ouvrir à différentes cultures musicales et il est devenu, au fil des ans, un point de ralliement incontournable pour les amateurs de musique du monde entier. Si la musique Jazz constitue la source historique du Festival, très vite, d’autres styles de musique ont trouvé leur place avec comme point commun, une curiosité, un enthousiasme vers l'autre et des choix de programmation ambitieux.

En décembre 1971, le Casino de Montreux fut entièrement détruit par les flammes lors d’un mémorable concert de Frank Zappa et le festival fut forcé de déménager au Centre des Congrès jusqu’à la reconstruction du nouveau Casino, en 1975.

Sur ses différentes scènes, tous les plus grands ont défilé, de Miles Davis à Ray Charles, en passant par Weather Report, Santana, David Bowie, Brian May, Yes, Bob Dylan, Deep Purple, Chuck Berry, Van Morrison, Eric Clapton, Max Roach, James Brown, Art Blakey, John McLaughlin, mais aussi Mike Oldfield, Marvin Gaye, Phil Collins, Joe Cocker, Tracy Chapman, Bo Diddley, Stan Getz, Dizzy Gillespie, Oscar Peterson, Charles Mingus, Sonny Rollins, Count Basie, Chick Corea, Herbie Hancock, B.B. King, Stevie Ray Vaughan pour n’en citer que quelques-uns.

Le Festival n’a cessé de se développer. De 1995 à nos jours, il occupa les deux salles "Miles Davis Hall" et "l’Auditorium Stravinski" mais également souvent le Casino et le Petit Palais.

Et les visiteurs passèrent de 75'000 en 1980 à 250'000 à ce jour !

L’organisation d’un événement de deux semaines de l’ampleur du Festival de Jazz de Montreux ne peut se passer d’une structure professionnelle, travaillant à l’année.

Le bureau permanent (12 personnes à l’année), aidé par le Conseil de Fondation (12 personnes également), est rejoint au fur et à mesure des mois par une équipe de plus en plus importante (jusqu’à 30 personnes), et finalement par le staff pour la durée du Festival (1280 personnes).

Site officiel : www.montreuxjazzfestival.com

Dans les sous-rubriques ci-dessus, vous trouverez tous les programmes antérieurs du Montreux Jazz Festival.

Dès 2012, il nous a paru plus simple de vous donner le lien vers le site officiel du Montreux Jazz Festival qui retrace mieux que quiconque le programme détaillé et pourra vous donner les informations que vous recherchez.

Articles similaires :


Photos

Mis à jour le :
Toute utilisation partielle ou complète des textes ou images présents sur ce site sont strictement interdites sans l’accord écrit de Montreux Celebration. N'hésitez pas à nous contacter si un article n'est pas correct ou si vous avez d'autres informations sur ce sujet.